Les spots parisiens à éviter à tout prix

9 Fév

Depuis longtemps maintenant, je rêve d’une fonction Facebook qui me permettrait de déprécier les notifications de mes amis. Un « J’aime pas » élégamment accolé à l’icône représentant un pouce baissé. Une sentence de mort exprimée par un César des temps modernes (moi), qui viserait à manifester mon dégoût ou mon ennui aux yeux de tous. Oui, à mon sens, on se « like » beaucoup trop les uns les autres dans ce pays virtuel de Bisounours qu’est Facebook.

Puisque le premier réseau social du monde ne me permet pas encore d’afficher une telle publicité pour des raisons qui tiennent sans doute plus à son business model qu’à son désir de protéger la liberté d’expression de ses membres, je m’en vais vous délivrer les trois adresses parigotes qu’il vaut mieux laisser aux autres, que je « dislikerais » illico si quelqu’un en faisait la promotion sur Fesse Bouc.

L’Arcade à Tapas : un vol qualifié

Nichée sous les arcades (justement) du marché Saint-Germain, cette petite échoppe était à l’origine un lieu fort sympathique et méconnu de la jeunesse dorée du quartier. On y dégustait tapas espagnoles et soupes portugaises, comme si on y était (à Lisbonne ou à Séville). C’était en 2008. L’endroit a aujourd’hui changé de propriétaire et compte parmi les pires adresses de Paris. Lorsque j’y suis retournée, il y a quelques mois, quelle ne fut pas ma stupeur en découvrant l’assiette de manchego : le fromage était coupé si fin qu’on voyait le fond de l’assiette… 18 € les 50 g de manchego, pas de bière pression, une clientèle d’étudiants gros bourgeois à claquer, l’Arcade à Tapas est the place not to be. Enfin, sauf si vous aimez faire arnaquer.

André Savaire au Baron.

Le Baron : la boîte mauvais goût qui s’ignore

Ah, on en a fait des caisses concernant ce club. « Non, mais attends, c’est impossible de rentrer au Baron le week-end. » Ouai mais franchement c’est quoi en plus ce nom à la con ? Je vois, la bande à André (le pseudo artiste-graffeur-propriétaire des lieux) a voulu la jouer sélect, dans la même veine marketing que les marques « Vicomte » ou « Prince de Savoie ». Alors André, laisse-moi t’expliquer : l’Ancien Régime, c’est terminé. Les privilèges de la naissance, c’est total has been. Et pourtant, on fait tout pour que tu te sentes tout pouilleux au Baron. Le videur te refoule à l’entrée parce que tu ne portes pas les dernières Lanvin aux pieds (bon, et puis accessoirement parce que tu n’es ni mannequin, ni actrice, ni escort girl ouzbek), mais même quand tu décroches le sésame qui t’ouvre la porte de cet (étroit) enfer, le barman dégaine son détecteur de roturière/inconnue/nobody et te sert des cocktails à 15 € tout en t’insultant. (C’est du vécu.) Bref, arrêtez de fantasmer sur le Baron, c’est à chier, et pour couronner le tout, ils passent la même musique qu’au Gibus un vendredi soir, thématique « Première boum ». Le bad. Je dislike à mort.

Le Social Club, Paris 2.

Le social club : la boîte électro-chiante

Les seules personnes de couleur de l’établissement sont ses abominables videurs. Au Social Club, viens défoncé ou trace ta route ! Leurs cocktails sont moins corsés que les menthe à l’eau de ma petite cousine… L’intérieur est mal agencé, le dance floor de la salle du fond beaucoup trop « en couloir », et le matos qui leur sert de sono plus que vétuste. Bref, pour un club d’amateurs de « bon » son, ils repasseront. Last but not least : comme dans beaucoup de boîtes, on ne capte au Social Club. Si tu remontes à la surface pour passer un coup de fil « vital » pour que tes potes te rejoignent, ne sors jamais, ô grand jamais, derrière la barrière des portiers : tu devras refaire toute la queue, voire repayer l’entrée. Une vraie bande de crevards.

Oui, cet article a une vertu thérapeutique pour son auteur. Cet exercice cathartique est pourtant inachevé. Car, croyez-le ou non, l’Executive pétasse dislike beaucoup plus souvent qu’elle ne like.

Infligé par l’Executive pétasse

Publicités

3 Réponses to “Les spots parisiens à éviter à tout prix”

  1. VAL 9 février 2011 à 12:33 #

    bah moi: « I like » ton article!!
    et petite info: il y a eu pendant un moment l’année dernière une appli pour PC qui permettait de mettre en rouge sur les pages FB « i don’t like »…mais ce qui est con c’est que seules les personnes qui avaient l’appli pouvaient voir les commentaires…visiblement la com n’a pas marché…dommage ça me faisait rire aussi…:-)

  2. Federicus Rex 10 février 2011 à 11:33 #

    Aah merci ça fait du bien.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Happy B-day Arsenic et Petites Culottes ! | Arsenic et Petites Culottes - 11 février 2011

    […] testé pour vous les restos coquins, les injections d’acide hyaluronique, le régime Dukan et les pires boîtes et restos de la Capitale. Ce fut une année éprouvante. Pourvu que la prochaine le soit encore […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :