Tag Archives: Bande dessinée

Tout comme Wonder Woman

10 Mai

Lynda Carter, divine dans la série télévisée.

71 ans, et pas une ride. Wonder Woman est partout. La super-héroïne est l’égérie de la collection printemps 2011 de M.A.C (le maquilleur, pas l’ordinateur), et la chaîne de télé américaine NBC veut préparer une nouvelle série revisitée par David Kelley (Ally McBeal) pour la rentrée.

Petite, j’étais très fan de Diana Prince. Son come-back fait ma plus grande joie. Alors j’ai un peu creusé le sujet.

D’où vient WW ? Allez, un quizz :

A : de l’imagination débordante de l’inventeur du détecteur de mensonge
B : de Paradise Island
C : de la mythologie grecque

Lire la suite

Espèce de Moomin !

15 Mar

Les pays nordiques nous avaient déjà envoyé les sabots de bois, le sauna, Ingmar Bergman, Stieg Larsson, Ikea, le renne fumé, le saumon gravlax, le combiné nordique, ABBA, Victoria Silvstedt et même le Père Noël… Voici maintenant les Moomins.

Dans ce gloubiboulga de culture scandinave, rétablissons certains repères. Les Moomins sont finlandais à tendance suédophone. Ce sont des trolls de la forêt qui vivent sur le golfe de Finlande, dans une verte vallée. Pas de panique. Chez Tove Jansson, leur créatrice, le troll a la bonhomie de l’hippopotame, de grands yeux ronds innocents et la douceur d’une guimauve grillée au feu de bois.

Mieux qu’une virée familiale à Ikea, avec Småland et pause boulettes de viande-sauce aux airelles, vos enfants et vous allez les adorer. Parce que même si le Moomin est né en 1945, il est sacrément moderne. C’est en effet un sacré bobo écolo : il mène une vie communautaire, dans une maison dont la porte est toujours ouverte, se fond dans la nature et adore aider son prochain – normal pour un Finlandais ! A tel point qu’il est aujourd’hui l’emblème national.

En outre, pas d’angélisme ni d’esprit Bisounours chez les Moomins. Lire la suite

Bande dessinée : Angoulême fait son festival, Arsenic aussi

28 Jan

Ça ne vous aura pas échappée : le festival d’Angoulême a ouvert ses portes hier, et les refermera dimanche. Pour l’occasion, Arsenic et Petites Culottes va vous donner envie de buller.

Ici, on aime la bande dessinée : l’Executive pétasse vous a déjà proposé de passer un week-end de BD, on vous a parlé de Pluto et de Walking Dead, en lice dans la sélection officielle d’Angoulême… Et le Festival international a décidé de vous en faire voir de toutes les couleurs.

Tout d’abord en noir et blanc, avec Cerebus : High Society, une saga bien connue des amateurs, qui met en scène un oryctérope (ou cochon de terre, vivant en Afrique centrale) alcoolique, bagarreur et asocial, qui n’a qu’un seul but : devenir riche à tout prix. A l’origine, une parodie de Conan le Barbare de Barry Windsor-Smith, créée en 1977, qui a pris fin en 2004 après 6 000 pages de planches soignées, à l’intrigue ultra-construite. Lire la suite

Bons plans n° 26 : les librairies de la rédac

13 Oct

Chaque mercredi, nous vous proposons une sélection de bons plans sur Paris et ailleurs, pour dîner, chiner, prendre soin de son corps, se cultiver… Aujourd’hui, direction les belles Lettres. Mais stop à l’ennui, aux usines à littérature version cantine. On veut de l’exclusif, du surprenant, du rêve, des nuits câlines, de la magie… Bref, on va vous faire manger du livre. Lire la suite

Test : Quel(le) cultureux(se) êtes-vous ?

11 Avr

Il paraît que la culture n’est pas un produit de consommation comme les autres. Enfin, ça dépend pour qui… Et toi, tu l’absorbes comment ta dose de savoir ? Par intraveineuse, en comprimé vendus au supermarché ou en barres énergétiques ? Voici un petit test qui t’aidera sans doute à choisir ton camp. Il suffit de compter un point dans chaque catégorie et de se reporter en bas de l’article pour découvrir si tu as une majorité de A, B, C ou D. Promis, on ne parlera à personne du verdict… Lire la suite

Manga mon amour

2 Mar

Le moment est parfait pour brandir mon étendard et partir en guerre au nom d’un art : le manga. Oui, tu lis bien : je défends la bande dessinée japonaise en tant qu’art. Tout d’abord, comme la BD européenne, c’est un art graphique à n’en pas douter (là-dessus, personne ne pourra me contredire). Avec ses séries cultes et ses maîtres. Et surtout avec sa foule d’adeptes (toujours grandissante en France). Et mon sensei à moi, mon idole, vient de sortir les deux premiers volumes d’un nouvel opus, dont l’annonce me faisait déjà frémir d’avance. C’est donc fébrile que j’ai attendu le 18 février pour la sortie de Pluto de Naoki Urasawa. Entre lui et moi c’est une histoire d’amour, celle d’une rencontre.

Rappel des faits : 2002, j’habite depuis trois ans près d’un mangastore où je vois défiler une horde d’ados et adultes qui exultent littéralement en sortant. Ma curiosité est piquée. Un peu plus tard, je lis une critique élogieuse de Monster, un manga du type thriller psychologique. En bonne fan de la culture japonaise (disons même asiatique) que je suis, je ne peux plus faire mine d’ignorer cette contre-culture qui se développe en France, surtout quand c’est sur le trottoir en face de chez moi. Je franchis donc la rue et me décide à pénétrer dans ce temple. Un tome, deux tomes… Dix-huit en tout que j’avale boulimiquement. Lire la suite