Tag Archives: Facebook

Comment je suis devenue accro à Pinterest

23 Jan

Docteur, l’heure est grave. Il y a trois mois, des collègues m’ont parlé d’un nouveau site absolument incroyable : Pinterest. Une sorte de plateforme qui permettrait de conserver tous les visuels qui leur plairaient au détour de leur navigation sur le Net. « Tu vas voir, c’est génial », qu’elles m’ont dit. Et c’était vrai. A tel point qu’aujourd’hui je suis incapable de passer une journée sans utiliser Pinterest. Vous avez dit quoi ? Facebook ? Connais pas.

Les fameuses "boards".

Pinterest, ça sert à quoi ?

Alors dit comme ça, cela risque de vous paraître un peu abstrait, mais Pinterest vous permet de bookmarker (mettre un post-it, garder en mémoire) des photos. Chaque membre du réseau crée donc des « boards », c’est-à-dire des tableaux, dans lesquels il classe et sauvegarde virtuellement des photos qu’il a vues en s’abonnant aux « boards » d’un autre membre de Pinterest ou qu’il a « pinné » (épinglé) sur Internet grâce à au widget dédié qu’il aura préalablement installé sur son navigateur. En d’autres termes, Pinterest c’est Twitter qui rencontre Flickr ou même Tumblr qui rencontre Delicious. Lire la suite

La Facebook Revolution

28 Mar

Ne mentez pas, comme huit français sur dix, vous avez évidemment un compte Facebook (si ce n’est pas le cas, vous pouvez sauter au dernier paragraphe).

Un grand souffle brûlant semble avoir enflammé l’arc allant du Maghreb aux pays du Golfe, et on peut dire que les blogueurs ont nourri le dragon, jusqu’à représenter une menace pour les gouvernements en place (selon Reporters sans Frontières, cinq blogueurs ont été arrêtés en Tunisie).

Facebook a largement contribué à cette vague révolutionnaire… A en croire le film The Social Network, à l’origine, Facebook était un instrument de drague. Rien d’étonnant à ce qu’il s’avère être un bon instrument politique.

Status updates, Likes, Pages, Events…

En effet, pour entretenir la flamme, quoi de plus simple pour un cyber-militant que de mettre a jour son statut avec des exhortations partisanes, de créer une page de fan pour une pétition, ou encore un événement pour inviter son entourage à une manifestation.

Depuis le mois de janvier, il suffit d’avoir un ami Facebook d’origine tunisienne, égyptienne ou libyenne pour que nos pages d’accueil prennent l’allure de déclarations enflammées en mode fil AFP. Lire la suite

Les spots parisiens à éviter à tout prix

9 Fév

Depuis longtemps maintenant, je rêve d’une fonction Facebook qui me permettrait de déprécier les notifications de mes amis. Un « J’aime pas » élégamment accolé à l’icône représentant un pouce baissé. Une sentence de mort exprimée par un César des temps modernes (moi), qui viserait à manifester mon dégoût ou mon ennui aux yeux de tous. Oui, à mon sens, on se « like » beaucoup trop les uns les autres dans ce pays virtuel de Bisounours qu’est Facebook.

Puisque le premier réseau social du monde ne me permet pas encore d’afficher une telle publicité pour des raisons qui tiennent sans doute plus à son business model qu’à son désir de protéger la liberté d’expression de ses membres, je m’en vais vous délivrer les trois adresses parigotes qu’il vaut mieux laisser aux autres, que je « dislikerais » illico si quelqu’un en faisait la promotion sur Fesse Bouc.

L’Arcade à Tapas : un vol qualifié

Nichée sous les arcades (justement) du marché Saint-Germain, cette petite échoppe était à l’origine un lieu fort sympathique et méconnu de la jeunesse dorée du quartier. On y dégustait tapas espagnoles et soupes portugaises, comme si on y était (à Lisbonne ou à Séville). C’était en 2008. L’endroit a aujourd’hui changé de propriétaire et compte parmi les pires adresses de Paris. Lorsque j’y suis retournée, il y a quelques mois, quelle ne fut pas ma stupeur en découvrant l’assiette de manchego : le fromage était coupé si fin qu’on voyait le fond de l’assiette… 18 € les 50 g de manchego, pas de bière pression, une clientèle d’étudiants gros bourgeois à claquer, l’Arcade à Tapas est the place not to be. Enfin, sauf si vous aimez faire arnaquer.

André Savaire au Baron.

Le Baron : la boîte mauvais goût qui s’ignore

Ah, on en a fait des caisses concernant ce club. « Non, mais attends, c’est impossible de rentrer au Baron le week-end. » Ouai mais franchement c’est quoi en plus ce nom à la con ? Lire la suite