Tag Archives: Art

Anne Sinclair, the poker face

15 Juin


C’est la grande question qui taraude la presse mondiale en plein scandale DSK : que cache le visage lisse d’Anne Sinclair ? Courageuse, bravant l’humiliation publique avec une détermination qui frise l’héroïsme, elle soutient son mari jusqu’au bout – en dépit de l’atroce accusation dont il fait l’objet.

Je rentre à peine de New York, où l’on m’a posé tout un tas de questions bizarres sur les us et coutumes des Frenchies, du type « C’est une tradition française, les aventures extra-conjugales, non ? » – merci pour la réputation.

L’ensemble de la presse US, du NY Times au canard gratuit du subway, titre à l’unisson Stand by your man, comparant Anne Sinclair à Hillary Clinton aux pires heures du Monicagate, genre « t’inquiètes, nous aussi on est passé par là ». Pour ma part, je suis assez admirative, même si j’avoue avoir du mal à interpréter son attitude…

Allez, décryptons, supposons, imaginons des hypothèses : quel rôle joue Anne Sinclair dans cette histoire ?

Lire la suite

C’est qui, ce Banksy ?

13 Juin

Pour le savoir, il aurait fallu débourser un million de dollars sur eBay en janvier dernier. Cette somme était la mise de départ si l’on rêvait d’obtenir une chance de connaître l’identité de l’artiste le plus recherché d’Europe . Malheureusement (ou pas), du jour au lendemain, l’enchère a disparu du Web et personne n’a jamais obtenu de réponse à la question qui taraude les fans du street art : « Mais qui est donc Banksy ? »

Nous sommes en 1993 à Bristol, un mec passe ses nuits à tagger la ville de graffitis et devient la cible numéro un des flics du coin. Malgré les moyens donnés à la police, celui qui signe Banksy reste définitivement introuvable et poursuit son chemin. En très peu de temps, le graffeur s’impose comme héros de « l’art terrorisme ». Début 2006, il infiltre Disneyland avec une poupée gonflable vêtue de la combi orange des prisonniers de Guantanamo. La même année, il  pirate 500 CD de Paris Hilton, en modifie les titres, remixe la musique, trafique la pochette et replace ni vu ni connu l’album dans les bacs.

Lire la suite

Exit Lady Gaga, vive Lady Yoga

6 Juin


Dimanche matin, dans un centre de yoga du Quartier latin, en plein cœur de Paris (spécial bobos). Perchés sur une jambe, 30 yogis immobiles vibrent intérieurement au son des cloches de Notre-Dame, les bras en croix, visages tournés vers le ciel, fronts déplissés. Silence religieux dans la salle.

Si tu penses « mais c’est quoi ces freaks ?« , cet article est pour toi.

Souviens-toi de ta première bouchée de wasabi, le mouvement de recul, c’est bizarre, c’est vert, ça pique… et au final, c’est trop bien. Le yoga, c’est un peu pareil. Sauf que c’est indien, pas japonais.

Comme tout adepte, j’ai d’abord été noyée par un flot de noms bizarres, hindous apparemment (sanskrit en fait, autant dire du martien). Voici donc une petite note explicative et non exhaustive à destination du curieux un peu pressé qui voudrait sauter l’étape du rite initiatique où l’on ne comprend rien, et arriver directement à la case pratique.

Lire la suite

Super Computer Romantics

24 Mai

@La Gaîté Lyrique

Profond sentiment d’immersion, perte de repères, sensation d’apesanteur, ravissement… Pas de doute, tous les symptômes du coup de foudre sont là.

Je sors de la Gaîté Lyrique, le dernier-né des musées parisiens consacrés aux arts numériques, mordue de l’expo qui finit ce vendredi : Super Computer Romantics. La dernière fois que j’ai eu un choc émotionnel aussi fort, c’était à l’occasion de mon baptême de plongée sous-marine. Une expérience assez similaire.

Imaginez pénétrer dans une boîte à musique géante aux murs recouverts d’écrans carrés illuminés. Une sorte de Rubik’s Cube inversé.

Sur chaque écran, une forme. Qui danse au rythme du son qui emplit la pièce, changeant de couleur ou d’enveloppe selon la mélodie. Tantôt barre multicolore qui bondit ou clignote suivant son propre tempo, tantôt petit personnage anthropomorphique qui bascule sans fin sur son axe.

J’avoue, je suis tombée raide dingue de l’un d’entre eux. Je vous le présente ? Allez :

Communion

C’est le petit en bas au centre. Je sais, je sais, physiquement, il est à mi chemin entre les Métamorphoses de Bacon (aspect chair sanguinolente en moins) et la version numérique d’un dessin naïf de Miro. Mais le cœur a ses raisons.

Lire la suite

Ce week-end, on va au musée Rodin voir le Belge qui tatoue les cochons

23 Juil

Torre (2009-2010), acier Corten découpé au laser. Wim Delvoye.

Jusqu’au 22 août, vous pourrez découvrir, dans la cour d’honneur du musée Rodin, quelques œuvres emblématiques de Wim Delvoye. Ce dandy belge de 45 ans, inspiré par l’art flamand, détourne la fonction première d’un objet, en proposant un contre-emploi totalement extravagant.

Célèbre grâce à ses tatouages sur animaux vivants et à l’étonnant Cloaca, Delvoye est, pour certains, une figure incontournable de l’art contemporain et, pour d’autres, un grand usurpateur.

Wim Delvoye : de l’art ou du cochon, c’est fonction…

Lire la suite