Qui sont ces bobos qui nous emmerdent ?

19 Mai

Après les bourges, les beaufs et les prolos, voilà dix ans qu’une frange non négligeable de la population se traîne un qualificatif fourre-tout : les bobos. Oui, d’accord. Mais d’abord, c’est quoi, un bobo ? C’est moi, c’est lui, c’est peut-être toi. Or attention : tout comme on est forcément le beauf de quelqu’un, on croisera toujours plus bobo que soi. Analyse. 

L’étymologie

Comme beaucoup semblent l’oublier – ou carrément l’ignorer -, « bobo » est le diminutif de « bourgeois bohème ». On aimerait croire que ce label est typiquement français, mais il n’en est rien. Bourgeois-bohème est la traduction de bourgeois bohemian, vu semble-t-il pour la première fois dans le livre Bobos in Paradise de David Brooks (2000). Avant de devenir une quasi-insulte que l’on crache à la figure de n’importe qui, bobo référait dans l’inconscient collectif aux nantis vivant une vie de bohème, rejetant consciemment les valeurs de leur classe. La classe dominante, cela va de soi. Si on n’imagine pas forcément le bobo en artiste incompris, on le dépeint souvent comme appartenant à la classe « créative » et productrice « d’idées », vivant dans un atelier façon loft, en marge des beaux quartiers. Et ce, Grand Dieu, par choix et non par obligation.

Ces bobos de merde

« Ils nous font chier, ces bobos de merde, avec leurs marchés bio, leurs couloirs de bus et leurs idées à la con. » Ne me dites pas que vous n’avez jamais entendu ce genre de poncif. Vous mentez. Au fil des années, les bourgeois bohèmes se sont fait des ennemis. Ils ont en effet tout pour agacer le yuppie, tant ce dernier ne digère pas qu’un individu puisse ne pas jouir pleinement de sa position sociale et de son pouvoir d’achat. Enfin, ils irritent profondément les classes populaires, qui se voient délogées de leurs quartiers et rejetées aux confins de la ville. Pour ne rien gâcher, le territoire bobo est en perpétuelle expansion (numérique et spatiale), car il y a toujours un quartier plus pourri que le précédent à envahir.

Les bobos : une cible marketing comme une autre

Avec l’avènement des bobos, les médias-planneurs et autres pubars se régalent : ils vont enfin pouvoir s’adresser à quelqu’un d’autre que la tout-puissante rombière, euh pardon, ménagère. Vous savez, cette morue qui est censée acheter du liquide vaisselle à la tonne, mater Les Experts en boucle sur TF1 et voter à l’Eurovision. Elle qui se partageait jusqu’à présent le camembert du temps de cerveau disponible avec les jeunes (M6) et les vieux (France 3), et qui est désormais en compétition directe avec ces cons de bobos. Et on dira ce que l’on voudra, mais c’est bien pour eux qu’on a vu éclore sur petit écran Julien Doré, Trax, Paris Première et autres phénomènes télévisuels réjouissants.

En définitive, les bobos ne seraient que les héritiers des yuppies (les jeunes pleins aux as des années 80), à cette différence près que ce groupe social a décidé de partager autre chose qu’une carte Gold : des valeurs. Au final, le bobo franchouille est l’équivalent du hipster anglo-saxon. Toujours en avance d’une mode, à la pointe d’une tendance, il est, pour les travailleurs du marketing, ce que l’on appelle un « early adopter », soit le consommateur que l’on va essayer de convaincre en premier lieu car s’il adhère à votre produit, les beaufs suivront. Une fois qu’une tendance s’est démocratisée, les bobos passent à autre chose. Ils pensent ainsi exprimer à la fois leur libre-arbitre et leur anticonformisme, mais ils ignorent qu’en réalité ils endossent religieusement le rôle qu’un sombre directeur marketing leur a attribué. Même si je ne suis moi-même qu’une sale bobo, je porte ma croix en mon âme et conscience. J’ai une conscience de classe, quoi. La pire des bobos, c’est moi !

Infligé par l’Executive pétasse

Publicités

8 Réponses to “Qui sont ces bobos qui nous emmerdent ?”

  1. Bixente 19 mai 2011 à 14:32 #

    Super papier, j’aime beaucoup ! 😉

  2. SKTV 20 mai 2011 à 10:44 #

    Tout à fait… Ca me rappelle un graffiti anti-bobo que j’avais vu à Montreuil !

  3. Ceriat 20 mai 2011 à 12:09 #

    Il est toujours utile d’en apprendre davantage sur soi-même. Merci, je me coucherais peut-être moins idiote ce soir. 😉

  4. Chib 20 mai 2011 à 14:15 #

    Et que dire de la bobo ménagère femme enfant un peu beauf ^^

    Bien d’accord avec toi cela étant dit .

  5. pwezidol 20 mai 2011 à 15:09 #

    Ma définition du Bourgeois bohème est un peu diffèrente – c’est une expression qu’on a vu apparaitre à la fin des années 90 et selon moi désigne plutot des gens d’un certain àge aux positions sociales aisées, effectivement peut-etre les Yuppies des années 80
    mais plutot les mème personnes plutot que leurs descendants.
    Des gens qui aprés avoir dit « no future » ont dit « gavons nous » et disent maintenant « jouons la rebellion contre un système dont nous détenons les clés ».
    Une version frankenstein, donc romantique de ce type humain

  6. Les Garçons aux Foulards 20 mai 2011 à 22:53 #

    Ah ah ah! j’adooooooooooore! l’ancien pubar qui est en moi aquiesce et le Bobo en devenir adore l’auto-critique et la flagelation intellectuelle! 😉
    Je vote pour!

Trackbacks/Pingbacks

  1. Fooding + Woodstock = les veillées Foodstock « Arsenic et Petites Culottes - 20 mai 2011

    […] parce que finalement on l’aime bien ce con de bobo, on s’occupe même de lui trouver des loisirs dignes de lui… et donc de nous. Parce que […]

  2. Exit Lady Gaga, vive Lady Yoga « Arsenic et Petites Culottes - 6 juin 2011

    […] matin, dans un centre de yoga du Quartier latin, en plein cœur de Paris (spécial bobos). Perchés sur une jambe, 30 yogis immobiles vibrent intérieurement au son des cloches de […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :