Prada accusé de licencier les moches

22 Avr

© Prada

Après « Yahoo n’aime pas les mères qui travaillent ? », voici la scène 2 de l’acte III, le retour de l’employeur vache :

Prada n’aime pas les moches

Tout commence en mai 2009 lorsque Davide Sesia, directeur de Prada au Japon, décide de faire un petit tour de reconnaissance dans une quarantaine de boutiques de l’enseigne. Avec une idée derrière la tête : purger la boîte des employés qui ne seraient pas… beaux. (Non, ça n’est absolument pas subjectif, du tout.) Il demande donc à Rina Bovrisse, sa senior retail manager, qui affiche au compteur 18 ans d’expérience dans l’industrie de la mode, de se débarrasser du personnel « vieux, gros, moche, à mauvaise dentition, dégoûtant ou qui n’aurait pas le look Prada ».

Ça veut dire quoi, moche ?

© Prada

Aaaah le look Prada… Ses détails tout en délicatesse, jamais vulgaires. La marque se voudrait dépositaire d’un bon goût « à la pointe », comme on dit. Et à mes yeux, à la pointe du pas beau ! Non, je ne suis pas une grande fan des créations Prada, qui me semblent le plus souvent repoussantes. Mais ça n’engage que moi, n’est-ce pas ? Ma perception du beau n’a d’incidence sur personne, alors que celle du père Sesia voudrait mettre 15 managers à la porte pour délit de sale gueule. Treize d’entre eux seront « mutés » quelques jours plus tard, pour causes de mauvaises performances.

« Il m’a dit qu’il avait honte de ma laideur »

Rina Bovrisse

Ce cher monsieur Sesia glisse au passage à Rina Bovrisse qu’il veut la voir changer de coupe de cheveux et perdre du poids, rien que ça. Plus fort, il lui déclare qu’il a honte de sa laideur. Rina n’a pas dû écouter son boss puisqu’elle sera relevée de ses fonctions six mois plus tard, et se décidera (enfin !) à poursuivre son ex-employeur en justice pour discrimination esthétique et pour l’avoir forcée à licencier des gens sur ce motif.

La dictature du beau

Il semble que nos amis japonais soient frappés de plein fouet par la laideur (justement) de l’industrie fashion. Et le fait que cela arrive au pays du Soleil levant n’est pas anodin, contrée où l’on en demande beaucoup (trop ?) aux salariés et où le diktat des canons de la mode est très lourd pour les femmes. Les Japonaises, comme leurs voisines sud-coréennes d’ailleurs, ont massivement recours à la chirurgie esthétique à la vingtaine. Un quart des jeunes sud coréennes déclarent être passées par là, dont 13 % dans le but de trouver un meilleur travail. Ces opérations des yeux et du nez sont souvent encouragées par leur entourage qui pense en effet  que cela leur permettra de se dénicher un meilleur mari ou justement de décrocher un meilleur job. En gros, ça va pas fort pour les femmes en Extrême-Orient.

Moralité : il ne nous reste plus qu’à prier 1/ pour que Rina Bovrisse gagne son procès, 2/ pour que les Japonaises fassent une révolution afin de se libérer de l’enfer du paraître, 3/ pour que l’on n’arrive pas à de tels extrêmes par chez nous. En attendant oui, on peut penser que le diable s’habille toujours en Prada.

Infligé par l’Executive pétasse

Publicités

8 Réponses to “Prada accusé de licencier les moches”

  1. Alexiane 22 avril 2010 à 12:19 #

    Comme c’est gentil de leur part dis donc!

  2. isa 22 avril 2010 à 12:27 #

    PRADA = comment pousser les gens vers la chirurgie esthétique !!!

  3. Virgnie 22 avril 2010 à 12:41 #

    En même temps la gentille Rina Bovrisse ne s’était pas fait prier pour licencier, selon ses critères de beauté à elle aussi, les pauvres salariés !!! cela ne l’a gêné que quand elle aussi a été la cible de son boss ! à accepter tout et surtout l’inacceptable on débouche sur ce genre d’excès !!!

    • L'executive pétasse 22 avril 2010 à 13:05 #

      Je suis tout à fait d’accord avec toi Virginie, Rina Bovrisse s’est réveillée un peu tard… Preuve que certaines abjections sont devenues anodines en entreprise car elles relèvent de l’automatisme. Je reçois un ordre = je l’exécute. Militons pour la désobéissance professionnelle !

  4. virginie 29 avril 2010 à 12:25 #

    excellente idée !!!!

Trackbacks/Pingbacks

  1. Pourquoi les blondes gagnent plus « Arsenic et Petites Culottes - 10 mai 2010

    […] Blah-Blah Janet on La vente créateurs à ne pas lo…virginie on Braderie Chic : les dressings …marie on Mode avec mes sabots !Diane on Bons plans n° 5 : les terrasse…La vilaine on Gwyneth Paltrow enfin sexy…Diane on Gwyneth Paltrow enfin sexy…hautlesmainspeaudela… on Indépendante et libre comme Ju…@nnoushka on Indépendante et libre comme Ju…Cheap VIP on Ce qu’il faudra porter l…virginie on Prada accusé de licencier les… […]

  2. Happy B-day Arsenic et Petites Culottes ! | Arsenic et Petites Culottes - 11 février 2011

    […] à la discrimination des femmes sur leur lieu de travail parce qu’elle sont trop belles, trop moches ou trop […]

  3. Freja Beha : la top qui te décoiffe | Arsenic et Petites Culottes - 21 février 2011

    […] l’année dernière, elle est partout : lancée par Prada (chez qui on est loin d’aimer les moches), puis repérée par Miu Miu, Balenciaga et Chanel, la Danoise a vu sa cote monter en flèche. Car […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :