Tag Archives: Carrière

Prada accusé de licencier les moches

22 Avr

© Prada

Après « Yahoo n’aime pas les mères qui travaillent ? », voici la scène 2 de l’acte III, le retour de l’employeur vache :

Prada n’aime pas les moches

Tout commence en mai 2009 lorsque Davide Sesia, directeur de Prada au Japon, décide de faire un petit tour de reconnaissance dans une quarantaine de boutiques de l’enseigne. Avec une idée derrière la tête : purger la boîte des employés qui ne seraient pas… beaux. (Non, ça n’est absolument pas subjectif, du tout.) Il demande donc à Rina Bovrisse, sa senior retail manager, qui affiche au compteur 18 ans d’expérience dans l’industrie de la mode, de se débarrasser du personnel « vieux, gros, moche, à mauvaise dentition, dégoûtant ou qui n’aurait pas le look Prada ».

Ça veut dire quoi, moche ?

© Prada

Aaaah le look Prada… Ses détails tout en délicatesse, jamais vulgaires. La marque se voudrait dépositaire d’un bon goût « à la pointe », comme on dit. Et à mes yeux, à la pointe du pas beau ! Non, je ne suis pas une grande fan des créations Prada, qui me semblent le plus souvent repoussantes. Mais ça n’engage que moi, n’est-ce pas ? Ma perception du beau n’a d’incidence sur personne, alors que celle du père Sesia voudrait mettre 15 managers à la porte pour délit de sale gueule. Lire la suite

Publicités

Allo patron, maman travaille

22 Mar

Une fois n’est pas coutume, j’ai décidé de mettre le doigt sur une une thématique chère à mon cœur. Voici donc mon coup de gueule contre la mise au ban des travailleuses enceintes. (Arlette, sors de ce corps !)

La femme est l’égale de l’homme. Ah ouais ?

Comme beaucoup, je ne me considère pas comme une féministe « à l’ancienne ». C’est sans doute parce que l’homme qui dominait librement ma grand-mère et ma mère (avec un peu plus de difficulté, hé hé) a cessé de me dominer, moi.

Car grâce à maman, qui était ado dans les années 70, j’ai su que j’avais le droit de coucher avec qui je voulais (capote dans une poche et pilule dans l’autre) et grâce à papa, j’ai tout de suite compris que j’étais l’égale de l’homme dans mes droits et dans mon cerveau.

Mais voilà, aujourd’hui, j’implose. Parce que papa m’a menti. Parce qu’il n’est pas formidable d’être une femme en 2010. Oh que non. OK, nous sommes libres de mener notre vie comme bon nous semble et de porter des jupes ras-la-coquillette. Soit ! C’est bien, mais concrètement je n’en ai rien à talquer.

Les utérus, au placard !

J’ai 28 ans. Pour n’importe quel employeur je suis SUSPECTE. Suspecte d’un délit que je n’ai pas encore commis : TOMBER ENCEINTE. Je suis pour cela passible du désamour de mon N+1, N+2, N+3 et N+4 ainsi que de l’ultime humiliation professionnelle : la mise au placard.

Un pote commercial me lâche, il y a deux semaines : « J’ai trois collègues en congé maternité, du coup c’est la merde au boulot, ça fait vraiment chier ». Mais qui donc fait chier ? La jeune commerciale qui a refusé de se faire ligaturer les trompes ou le patron qui n’a pas correctement remplacé son employée partie en congé maternité ? Lire la suite

L’entretien d’embauche et le dilemme du look

16 Fév

L’entretien d’embauche est un exercice difficile. Il s’agit de donner envie, de se vendre, et donc par extension, de se « marketer » soi-même.

Tous les livres tentant de décrypter la science de l’entretien d’embauche nous assènent : « La première impression que l’on donne est primordiale ». Le recruteur va (consciemment ou inconsciemment) apprécier la manière dont on lui serre la main, dont on s’assoie, dont on se tient, dont on respire… Alors forcément, le choix de notre tenue vestimentaire devient un acte de première importance puisque dans cet exercice du paraître, il dit qui l’on est.

La « littérature de coaching » sur le sujet est formelle : il faut éviter les vêtements peu soignés mais également les couleurs trop vives, qui peuvent énerver le dieu recruteur. On nous prescrit même de porter un parfum peu capiteux et de bannir les surcharges de maquillage, comme un rouge à lèvres trop rouge… Lire la suite