Tag Archives: Seth Rogen

Rentrée cinéma : les films qui vont faire swinguer 2011

11 Jan

Avec janvier se termine la période de Noël et des blockbusters mielleux des fêtes. Le cinéma prend enfin ses bonnes résolutions et nous offre sur un plateau grands réalisateurs, acteurs lumineux, films variés et de qualité. Voici ma liste des immanquables de 2011.

Somewhere, de Sofia Coppola (sortie le 5 janvier)

Alors oui, le film est déjà en salles, mais ce n’est pas une raison pour ne pas le mentionner. La « fille de » nous revient avec son quatrième film, et c’est en soi un événement de 2011. Ici la relation père-fille (Stephen Dorff et Elle Fanning) décrite avec beaucoup de tendresse et déjà auréolée d’un Lion d’or à Venise. Pour explorer plus avant le cinéma de Sofia Coppola, MK2 a édité un formidable hors-série très complet et fouillé qui ravira les cinéphiles de tous poils.

Arrietty le petit monde des Chapardeurs, de Hiromasa Yonebayashi (sortie le 12 janvier)

Qui ne se souvient pas des Minipouces ? Ici, ils portent le nom de Chapardeurs, ils empruntent et détournent des objets dans les maisons où ils emménagent. Une règle : ne jamais se faire remarquer par les hommes. Mais Arrietty, haute comme trois dés à coudre, va rencontrer un jeune humain et enfreindre les lois de son petit monde. La dernière merveille du Studio Ghibli.

The Green Hornet, de Michel Gondry (sortie le 12 janvier)

Bon, parce qu’il s’agit du génial Michel Gondry, évidemment. Qui a réuni une équipe de spécialistes du film de super-héros pour réaliser son « Frelon vert ». Qui a fait appel à la drôlissime et sublime Cameron Diaz. Et qui va mettre son art de l’effet visuel au service d’un long-métrage d’action et qu’on a hâte de voir ça… à tort ou à raison. Lire la suite

Hollywood et le tabou de l’avortement

6 Avr

© Cherry Productions

Hollywood n’aime pas l’IVG. La maternité y est d’ailleurs souvent portée à l’écran sur un mode neuneu. (On se souvient avec effroi de Allo maman, ici bébé, en 1989.) C’est donc tout naturellement que la sortie en 2007 de deux comédies abordant le thème de la grossesse non désirée aurait dû nous réjouir. Parmi ces opus, si le film Juno est perçu comme une fiction « intelligente », En cloque, mode d’emploi (Knocked up) est, quant à lui, à ranger dans la catégorie des films « drôles » à l’humour calibré pour nos amis les hommes.

Jusque-là tout va bien. Je passe un bon moment devant chacun de ces blockbusters. Mais quelques jours après avoir visionné Knocked Up, je suis foudroyée par une révélation : à aucun moment le mot « avortement » n’est prononcé. AUCUN. Nous avons donc Alison (Katherine Heigl), jeune trentenaire vivant chez sa sœur et son beauf et sur le point de recevoir la promotion de sa life, qui tombe accidentellement enceinte après une partie de jambes en l’air éthylique avec un gros attardé, gentil, pas beau et fauché. Il faudra toute la magie d’Hollywood pour créer le retournement de situation qui permet à Alison d’aller au bout de sa grossesse, et d’en faire un film marrant. Sauf que voilà, le pourtant pas très conservateur Judd Apatow, qui réalise le film, en a oublié une scène : celle où Alison se pose une question simple mais essentielle : « vais-je garder cet enfant ? » Au lieu de ça, nous assistons à la plus belle ellipse de l’histoire du cinéma. Alison urine sur 58 tests de grossesse, réalise qu’elle est vraiment enceinte et là… RIEN. Elle cherche à contacter le géniteur, Ben (Seth Rogen), le revoit et lui demande de l’accompagner chez le docteur. Quand le gynéco lui confirme sa grossesse, elle fond en larmes (des larmes de désespoir). Sa mère lui conseille de « s’en occuper » (traduction : de recourir à une IVG), et un des potes de Ben lui conseille un « avorchose » ou ce qu’il appelle un « transbordement », parce que « ça rime avec ». L’avortement a clairement été banni du scénario tant dans les mots que dans les faits. Alison gardera le bébé. Fin d’une histoire pas très crédible. Lire la suite