Tag Archives: Jason Schwartzman

Mariage de Thomas Mars et Sofia Coppola : bienvenue dans la Famille

30 Août

Pour sa rentrée, Arsenic et Petites Culottes célèbre l’amour avec un mariage… encore un. Mais pas n’importe lequel ! Après Kate Middleton, Lily Allen, Kate Moss ou Kim Kardashian, revenons à des valeurs sûres et au bon goût, grâce à Sofia Coppola.

La réalisatrice américaine a souvent été décrite comme une bobo, entre famille culte, amis branchés, dressing rock’n’chic, culture underground et cinéma indépendant. Finalement, ce serait une jeune femme presque toute simple, tendance hipster.

Sofia s’est en effet remariée (après une première union avec Spike Jonze de 1999 à 2003), ce week-end, et a ainsi officialisé une relation bien installée et sans vagues avec celui qui est son compagnon depuis six ans et le père de ses deux filles, Thomas Mars. Surinvestis de hype, la protégée du clan Coppola et le leader de Phoenix ont donc décidé de la jouer low profile, en mode retour aux sources, tradition et terroir. Et c’est sur les terres de l’arrière-grand-père italien de Sofia (avant qu’il n’émigre vers les États-Unis) que les futurs mariés ont décidé de célébrer leurs noces. Direction donc le petit village de Bernalda, dans le Palazzo Margherita, propriété (pas très modeste) des Coppola. Lire la suite

Publicités

Cinéma : les bombes déguisées en navets

4 Mai

Amoureux du cinéma, ouvrons nos chakras. A près d’une semaine du soixante-quatrième Festival de Cannes, célébrons dès à présent la diversité du septième art. L’Intégriste culturelle rend hommage au faux navet. Voici sa sélection : du film de cape et d’épée revisité au polar surréaliste, tous les genres ont désormais droit de cité.

  • The Host, de Bong Joon-Ho (2006, sorti en DVD)

Un film fantastique à la sauce coréenne. Si, si, c’est possible. A Séoul, les Park sont une belle brochette de paumés : un père tenancier d’un snack miteux, un fils lunaire, un autre au chômage et une fille championne de tir à l’arc qui a raté ses J.O. Le seul rayon de soleil : Hyun-seo, la ravissante petite-fille. Enlevée un beau jour par un monstre mutant qui décide de sortir du placard. Dans une ville en état d’alerte, la famille part traquer la bête. Un pitch on ne peut plus banal, voire ridicule. Mais l’avantage dans le cinéma coréen, c’est que le ridicule ne tue pas, bien au contraire, il surgit quand on ne l’attend pas et rend hommage à une longue et belle tradition d’humour absurde. Donc, pour les intellos, sachez que celui qui a commis cet OVNI n’est pas un débutant illuminé, mais Bong Joon-ho, le réalisateur de Mother et surtout du chef-d’œuvre Memories of Murder. Et que l’acteur principal n’est autre que Song Kang-ho, un comédien de génie, qui est en Corée l’équivalent d’un Gérard Depardieu (celui de Trop belle pour toi ou de Sous le soleil de Satan). Voilà pour les alibis culturels. Sinon, vous aurez droit à des effets spéciaux qui n’ont pas à rougir face aux grosses productions US, un monstre à la fois effrayant et au pouvoir comique digne d’un Charlie Chaplin, à des personnages hauts en couleur, une ambiance de mousson oppressante et moite à souhait… Et un suspens qui va vous lessiver les nerfs comme les thrillers asiatiques savent le faire. Lire la suite