Tag Archives: January Jones

« T’as bouffé ton placenta ?? »

15 Jan
Arsenic-placentophagy-January-Jones-Mad-Men

La starlette de Mad Men a opté pour la version tic-tac (voir plus bas).
Repinned from gq uk magazine covers by Mary Rivera
@pinterest.com

Manger son placenta après la naissance de bébé ? Mais c’est gore !

Et pourtant, avec l’accouchement à domicile, c’est l’une des dernières tendances inspirées par Dame Nature à laquelle succombent les jeunes mamans, notamment pour pallier le baby blues. January Jones (la Betty de Mad Men) a testé le concept après la naissance de son petit Xander. 

Idem pour ma copine Marie, végétalienne d’habitude, qui a bien voulu m’expliquer cet accès soudain de cannibalisme en m’apprenant que « placenta », en latin, signifie « gâteau » ou « galette ». Dès le départ, donc, il est question de la comestibilité du machin. 

@tine-illustrations.blogspot.com

@tine-illustrations.blogspot.com

SAM – « Tu as mangé ton placenta après la naissance de ta fille. La première question qui me vient a l’esprit, c’est : diantre, pourquoi ?

Marie – Dans le monde animal, même chez les herbivores, c’est une pratique courante ! L’homme fait partie des exceptions chez les mammifères. Seules certaines cultures sont placentophages aujourd’hui (au Japon, notamment, ndlr), Lire la suite

Publicités

Séries : l’avènement des seconds rôles

31 Oct

L’inimitable Kim Cathrall

Force est de constater, à l’exception peut-être de Dr. House, que c’est rarement pour le rôle principal qu’on devient accro à une série. Outre le scénario et la réalisation, ce qui nous accroche, c’est aussi la place des personnages secondaires. Pas toujours très écrits mais souvent irremplaçables, certains héros satellites éclipsent les vedettes d’un TV show dans nos petits cœurs tout mous. L’exemple le plus criant : avez-vous suivi six longues saisons de Sex and The City pour être témoin des turpitudes existentielles de Carrie Bradshaw (bo-ring), ou pour pour vous délecter des frasques de Samantha Jones ? Je crois que j’ai marqué un point, là…

Samantha Jones, morceau choisi.

Ils sont plus déviants 

J’ai déjà eu l’occasion de vous parler de la série True Blood, de ses excès d’hémoglobine et de Lafayette, un de ses persos, secondaire certes, mais tout à fait immanquable. Les producteurs du show ont eu la bonne idée de ne pas suivre à la virgule près le roman dont est tiré le scénario, qui aurait fait mourir notre cuisinier black très gay sauce voodoo dès la première saison. Lire la suite