Tag Archives: Baby Blues

« T’as bouffé ton placenta ?? »

15 Jan
Arsenic-placentophagy-January-Jones-Mad-Men

La starlette de Mad Men a opté pour la version tic-tac (voir plus bas).
Repinned from gq uk magazine covers by Mary Rivera
@pinterest.com

Manger son placenta après la naissance de bébé ? Mais c’est gore !

Et pourtant, avec l’accouchement à domicile, c’est l’une des dernières tendances inspirées par Dame Nature à laquelle succombent les jeunes mamans, notamment pour pallier le baby blues. January Jones (la Betty de Mad Men) a testé le concept après la naissance de son petit Xander. 

Idem pour ma copine Marie, végétalienne d’habitude, qui a bien voulu m’expliquer cet accès soudain de cannibalisme en m’apprenant que « placenta », en latin, signifie « gâteau » ou « galette ». Dès le départ, donc, il est question de la comestibilité du machin. 

@tine-illustrations.blogspot.com

@tine-illustrations.blogspot.com

SAM – « Tu as mangé ton placenta après la naissance de ta fille. La première question qui me vient a l’esprit, c’est : diantre, pourquoi ?

Marie – Dans le monde animal, même chez les herbivores, c’est une pratique courante ! L’homme fait partie des exceptions chez les mammifères. Seules certaines cultures sont placentophages aujourd’hui (au Japon, notamment, ndlr), Lire la suite

Maternité : l’enfer c’est les autres

3 Oct

"Rosemary's Baby" de Roman Polanski.

Enfin, les magazines, de Elle à Psychologie Magazine, et le cinéma, avec Un heureux événement de Rémi Bezançon (sorti mercredi dernier), désacralisent la maternité béate. Il était temps, car après des siècles de culte en papier mâché, la mère le clame haut et fort : non, elle n’est pas une icône drapée dans une aura de pureté. Non, elle n’est pas qu’amour. Elle est aussi stress, frustration, fatigue et rage. Et parfois le conte de fées idyllique se transforme en film d’horreur qui a un nom : la dépression post-partum. La faute à qui ? En partie aux autres !

La grossesse

Le malentendu entre eux et vous commence ici même. Vous annoncez que ça y est, votre corps abrite la vie ! Vous êtes bouleversée, vous ne savez plus trop où vous en êtes… Vous comptez sur le soutien de vos proches, de la société, qui bénissent la mère comme une Sainte Vierge ? Attention à la désillusion. Voici quelques réactions auxquelles vous pouvez d’ores et déjà vous attendre :

  • Votre famille n’en peut plus d’extase : « Je vais enfin être grand-mère ! » (Il n’est déjà plus question de vous, et en prime, vous prenez un coup de vieux.) Quand vous n’êtes pas déjà entourée de 12 neveux et nièces, tous à l’école primaire : « On se demandait quand vous alliez enfin vous décider à devenir adultes. »
  • Vos amies déjà mères vous font adhérer à leur club « Jamais sans mon enfant » (sans vous demander votre avis) : soirées (à 18 heures, faut pas coucher les gosses trop tard) entre filles (et morpions) avec moult détails gore sur leurs expériences et sur l’accouchement de « l’amie d’une amie » que vous ne souhaitez surtout pas connaître.
  • Celles sans attaches vous abreuvent de « C’est génial, ma chérie, mais alors tu ne vas pas pouvoir venir faire la fête à Bali l’été prochain. » Ce n’est pas du désintérêt (elles ont besoin de savoir pour refiler votre part du budget à une autre fille fraîche et libre comme l’air et comme elles), c’est juste un gros manque de tact. Lire la suite