American Horror Story : la série qui va vous empêcher de dormir

9 Mar

C’est pas parce que MegaUpload a mis la clé sous la porte qu’il faut se laisser abattre. Et ne pas profiter des dernières séries US. Et côté nouveautés, il y a de quoi se régaler : Awake, Pan Am, The Playboy Club… Et pourtant mon choix, furieusement assumé, se porte aujourd’hui sur une série un peu B, un peu geek et weird à mort : American Horror Story. Que diriez-vous d’un petit frisson ?

Une sombre série de plus ?

Pas vraiment. Si son nom ne vous dit pas grand-chose, en voici d’autres qui devraient mieux vous parler. Ryan Murphy en est le créateur-producteur-réalisateur-scénariste. Tout comme il était celui de Nip/Tuck ou de Glee, ainsi que le réalisateur de Mange, Prie, Aime. Polymorphe, le garçon. Alors où se situe American Horror Story dans ce grand écart des styles ? Que l’on se rassure, la série penche plus vers l’univers décadent, pervers et trash de Nip/Tuck… en allant encore au-delà. Un très bon point.

Autre nom connu : Jessica Lange. La fiancée de King Kong revient plus intrigante que jamais dans les les robes parfaitement repassées d’une voisine glaçante et mère freaky d’une fratrie morcellée. Un retour gagnant dès la première saison, puisqu’elle a obtenu en janvier dernier le Golden Globe de la meilleure actrice dans un second rôle pour une série. Autre tête connue : Dylan McDermott, plus connu sous le nom de Bobby Donnell de The Practice. Et enfin, aux manettes du générique, on retrouve Kyle Cooper, déjà à l’origine du générique d’ouverture de The Walking Dead et de Seven, de David Fincher. Rajoutez à cela quelques têtes bien connues des amateurs de séries : Connie Britton (vue dans 24 Heures chrono ou Spin City), Zachary Quinto (le Sylar de Heroes)

Non, une série sombre

Comment ne pas trop en dire ? Sachez d’abord que Ryan Murphy a été bercé par Dark Shadows, feuilleton de la fin des années 60 qui relate les aventures du vampire Barnabas, et qui a inspiré également Tim Burton pour son prochain long-métrage. American Horror Story explore donc toutes les thématiques de l’horreur. Une maison hantée (répertoriée dans un circuit touristique comme « The murder house »), une famille qui tente de se reconstruire, des meurtres, un nouveau-né, un docteur Frankenstein, des légendes urbaines, des esprits vengeurs, de l’auto-mutilation, du sado-masochisme et un savoureux double épisode spécial Halloween…

Et si la série a failli ne pas voir le jour (les concepteurs étaient trop accupés par leur gentil bébé joufflu qu’est Glee) et qu’on ne donnait pas cher de sa peau après la première diffusion, c’était sans compter sur les communautés de fans. Les forums pullulent et une deuxième saison est annoncée, avec pour personnage récurrent celui de Jessica Lange. Les rumeurs vont bon train : exit la maison hantée. Quel va donc être le nouveau terrain de jeu de l’horreur : HP, orphelinat, île coupée du monde…

La série n’en a pas fini d’alimenter les fantasmes… jusqu’à octobre 2012.

Dépeint par l’intégriste culturelle

Publicités

2 Réponses to “American Horror Story : la série qui va vous empêcher de dormir”

  1. L'Executive pétasse 9 mars 2012 à 14:45 #

    Je sens que je vais adorer ! N’oublie surtout pas la clé USB samedi 😉

  2. jessily 22 avril 2012 à 14:13 #

    la saison 2 va se passer dans un hôpital psychiatrique spécialisé pour les criminels 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :