The city is my playground

1 Déc

Combien de fois n’a-t-on pas regardé avec envie les protagonistes d’un soap ou d’un film américain taper la balle en pleine ville, comme ça, par amour du sport ? Petit play-off de basket entre les buildings de Manhattan à la pause déj, partie de baseball improvisée un dimanche aprèm… « Rhaaaaa, me dis-je devant ma téloche, Y z’ont tout compris, ces Amerloques ! » Mais attendez, cocorico, nous aussi, on peut s’adonner aux plaisirs de la sudation urbaine et collective. Si, si. Allez, cette année, à défaut de « sex », on la joue « sport and the city ».

© Arsenic et Petites Culottes

Kamikaze du bitume : street-hockey à la Bourse

Le temps est sec, et la rando roller du dimanche, ses petits vieux et sa marmaille vous gonflent ? Renouez avec vos années collège en rechaussant vos quads pour une injection d’adrénaline sur Kryptos Kryptos. Le street-hockey (ou « roller-hockey » pour les vieux de la vieille) est une activité hautement cardio qui fait bosser absolument tous les muscles de votre corps tout mou. Bonne nouvelle : pour ceux qui ne sont jamais montés sur d’autres rollers que les Fisher Price de leur 6 ans, c’est la meilleure façon d’apprendre : la crosse toujours posée au sol vous empêche de vous viander en vous offrant un point d’appui mouvant. Le spot qui tue : place de la Bourse, le soir ou le week-end, deux plots de signalisation orange ramassés dans la rue d’à côté en guise de buts. En mode rebelle des (beaux) quartiers. On investit juste dans des cross (15 euros chez Décath’) et un palet à billes, beaucoup moins volatile qu’une balle qui finira forcément sous une voiture/dans la gueule d’un passant.

New York City style : basketball à Glacière

Playground mythique de la capitale, le terrain niché sous le métro parisien de l’arrêt Glacière ne s’en mérite pas moins. Haut lieu du basket il y a dix ans, les puristes vous diront que le niveau, « ce n’est plus ce que c’était, ma bonne dame ». Ça tombe bien, vous êtes nuls ! Autant vous prévenir, le spot est squatté par d’autres énergumènes qui gardent jalousement leur panier, mais, sur un malentendu, vous pouvez entrer dans le match.

Bobo du dimanche : partie de boules sur le Canal de l’Ourcq

Bon, alors oui, niveau dépense calorique, les boulistes repasseront. Avec les litrons de pastaga et les kilocals de cacahouètes qu’ils s’envoient, on peut même dire que le bilan énergétique de la journée est plutôt dans le rouge… Mais bon, la pétanque, c’est un sport na-tio-nal et ultra convivial. On se donne rendez-vous avec les potos devant le Bar Ourcq, qui fournit même le matos aux novices : boules, cochonnet et gobelets de rosé. On se cale devant le rade (histoire de ne pas manquer de liquide), et on se la coule douce pour la journée. Comment ça, il fait trop froid ? Au moins, vous serez seuls au monde !

Plutôt que de claquer votre demi-SMIC dans des cours de gym suédoise, prenez l’air, la ville est à vous !

Infligé par l’Executive pétasse

Suivez L’Executive Pétasse sur Twitter

Publicités

Une Réponse to “The city is my playground”

  1. Val 2 décembre 2011 à 22:14 #

    surtout que la binouze après est super bonne au bar d’en face 🙂 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :