Misfits : la série anglaise que vous allez adorer

18 Mar


Prenez Heroes passé au mixeur, ajoutez-y une touche de Skins, une bonne dose de trash potache, et vous obtenez Misfits. Une histoire de jeunes gens qui se découvrent des super-pouvoirs à la suite d’une tempête du troisième type. Rien de vraiment révolutionnaire en matière de pitch, me direz-vous… C’est sans compter que pour une fois une série SF n’est pas produite aux USA, donc potentiellement libérée des codes ultra-conventionnels du genre.

Les anti-Heroes

Les personnages sont nature, parfois extrêmes et totalement addictifs. Au chapitre de cette excellente fiction, une troupe de djeuns à la dérive se retrouve réunie pour purger sa peine de travaux d’intérêt général. Par le menu : un athlète qui s’est fait pincer pour dopage, un introverti pyromane, une jolie nympho, un petit con et une lascarde. Ici, pas de cheerleader qui veut sauver le monde… à quoi bon ? Ces racailles-là jurent, se droguent et préfèrent mimer le sexe plutôt qu’en parler, provoc’ oblige. Si l’influence de Skins n’est pas loin, c’est sans doute parce que Misfits est également produite par E4, la chaîne rosbeef « plus cool tu meurs ».

La british touch qui va bien

Une banlieue pourrave magnifiée par une photo impeccable, une bande-son énervée, du « shagging », « bloody jerk » et « dick head » à toutes les phrases : c’est ça le X Factor de la série. Les personnages ne sont jamais des gravures de mode tout en ayant un chien fou, les blacks ne sont pas là pour remplir les quotas de minorités visibles à l’écran mais pour jouer le rôle. Une série rare, déjantée, qui fout la patate. Un petit bijou, en somme.

La série qui dit « fuck off » à la ménagère

Misfits c’est du n’importe quoi, n’importe comment, mais sévèrement bien gaulé. Et mis à part les quelques effets spéciaux un peu trop marqués « made in Europe », la série n’a rien à envier aux US. Les Américains n’ont d’ailleurs pas été dupes et ont déjà prévu de faire un remake, au grand malheur des puristes. Contrairement à Skins, Misfits ne s’adresse pas exclusivement aux boutonneux et aux ados attardés. Le propos SF parvient à convaincre trentenaires geeks et midinettes dont l’encéphalogramme reste désespérément plat devant Gossip Girl ou The Vampire Diaries – ces bouses qu’on regarde mollement, mais qu’on regarde quand même. Au final, pas sûre que la série arrive à séduire la toute puissante ménagère… Et c’est tant mieux ! Et si les bonnes séries étaient celles que les cibles des annonceurs de lessive ne regardent pas ?

Mais trêve de blabla. Misfits, ça ne se raconte pas, ça se regarde sur Orange Cinéchoc ou par des moyens un peu moins légaux. Au choix, n’est-ce pas ?

Infligé par l’Executive pétasse

Publicités

2 Réponses to “Misfits : la série anglaise que vous allez adorer”

  1. L'intégriste culturelle 28 mars 2011 à 11:02 #

    6 épisodes pour la première saison, 7 pour la seconde… je vais mourir avant la diffusion de la troisième saison. Je suis totalement accro. Mention spéciale au plus sexy des relous : Robert Sheehan.

  2. eric 13 décembre 2011 à 21:15 #

    Vraiment une série différente, on sent l’envie du réalisateur de faire quelque chose de très graphique et il maîtrise très bien ça !!!
    C’est une série qui fait beaucoup de bien par sa différence, son humour et sa qualité graphique.
    Dommage que les saisons soient si courtes!!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :