Alimentation : soyons les acteurs de notre santé !

6 Déc

On nous rabâche depuis des lustres qu’il faut consommer 5 fruits et légumes par jour, ne pas manger ni trop gras, ni trop sucré, ni trop salé, et limiter sa consommation d’alcool et de clopes.

Autrement dit, si on applique ces préceptes à la lettre, notre bonne santé devrait être garantie !

Eh bien non, rien n’est moins sûr ! Car le résultat d’une enquête dirigée par plusieurs instances sanitaires européennes et américaines révèle que le fait de manger varié et équilibré n’offre qu’une seule certitude, celle de cumuler pesticides, toxines et autre résidus chimiques dans une même assiette.

Concrètement, de quoi s’agit-il ?

L’association Générations Futures et le réseau européen Heal (Heath & Environnement Alliance) ont analysé une journée d’alimentation très équilibrée, où fruits et légumes frais, pain, céréales, pomme de terre, poisson, viande et produits laitiers composent l’essentiel des assiettes. C’est donc un menu parfait, hautement plébiscité par l’OMS, qui  a été scrupuleusement décortiqué. Rien de trop gras ni de trop sucré, des repas tels que nous, adultes, n’en consommons peut-être pas systématiquement, mais le quotidien d’un enfant de 10 ans doté de parents bienveillants.

L’intégralité de chacun des aliments n’a pu être expertisée, les labos se sont « contentés » de tester plusieurs substances chimiques soupçonnées d’envahir nos assiettes. Ainsi seuls le désormais célèbre Bisphénol A, quelques dioxines inopportunes, certains pesticides, deux ou trois métaux lourds, le PCB, ainsi que d’autres poisons du même ordre ont été traqués. (On comprendra par-là que la liste des produits testés n’est donc pas exhaustive.)

En bonus, l’association a aussi décrypté les conséquences de certains de nos comportements culinaires – chauffer son eau dans une bouilloire en plastique, placer l’assiette incassable de bébé au micro-onde… – et ont tenté de comprendre si risque il y avait pour notre santé.

Conclusion : Selon ces organisations sanitaires :  » En 24 heures, un enfant de 10 ans est susceptible d’être exposé, uniquement par son alimentation, à des dizaines de molécules chimiques soupçonnées d’être cancérigènes ou encore de perturber les glandes endocrines ».

En chiffres, ça donne : 128 résidus chimiques, 36 pesticides différents, 47 substances cancérigènes et 37 perturbateurs endocriniens  avalés toutes les 24 heures !

Pour endiguer le psychodrame potentiel lié à cette déferlante informative, les pouvoirs publics ont proposé à quelques autres scientifiques un droit de réponse sur la question de ces ingestions nocives.

D’après les spécialistes questionnés, si les chiffres transmis sont indiscutables, leur nocivité l’est un peu plus. En effet, certains déclarent que:  » les quantités ingérées sont si faibles qu’elles ne représenterait aucune toxicité réelle, pas plus pour un adulte que pour un enfant de 10 ans ».

Alors qui croire ? Car même si on a envie d’écouter les pouvoir publics, le résultat de cette étude sème le doute dans nos esprits. Qui nous dit que la surconsommation de pesticides ne constituera pas le scandale sanitaire de demain ?

 

En attendant plus d’éléments, et même si tout n’est peut-être qu’une histoire de dosage, on ne risque rien à se laisser tenter par une consommation plus responsable :

Pour info, notez donc que le PCB se loge dans les aliments d’origine animale, tel que le poisson gras, les produits laitiers ou les œufs.  En choisissant les poissons les moins gras et les viandes les plus maigres, vous agissez pour votre ligne, certes, mais aussi pour votre santé. Consommez des œufs bio, tout comme les fruits et légumes, que vous aurez pris soin de laver et peler avant de les cuisiner. Le bio n’est pas la solution miracle, mais limite en soi une partie des dégâts.

Vous souhaitez modifier quelques-uns de vos comportement culinaires ?

Proscrivez vaisselle, couverts et petit électroménager en plastique identifié par les codes recyclage n° 7, n° 6 et n° 3. Car ils contiennent du bisphénol, probablement impliqué dans différents problèmes de santé. A partir de mars 2011, les biberons contenant du bisphénol A seront interdits à l’importation, ce qui donne quelque crédit aux suppositions établies.

Fuyez les additifs, conservateurs, colorants et anti-anxiogènes parfaitement identifiables sur les paquets par la lettre E qui précède un code à 3 chiffres. (Tel le  E102).

Variez au maximum votre alimentation, et si vous le souhaitez, participez à l’action des cyber-acteurs qui luttent pour que la toxicité des produits de consommation courante soit reconnue.

Quoi qu’il en soit, nous n’avons rien à perdre à préserver nos organismes, au même titre que notre chère planète.

Habituellement lorsque j’écris un billet, c’est toujours accompagné d’un savoureux thé vert bio, dont l’eau parfaitement filtrée aura chauffé dans ma bouilloire en… plastique, so toxic ! Aujourd’hui, je resterai sur ma soif.

Pour en savoir plus sur le sujet : www.menustoxiques.fr

Concocté par la Serial mother

 

Publicités

Une Réponse to “Alimentation : soyons les acteurs de notre santé !”

  1. polistars 7 décembre 2010 à 12:25 #

    Bonjour,

    Article très intéressant. On nous rabâche de consommer 5 fruits et légumes, éviter de trop manger de viande rouge (cancérigène), etc… Mais, on nous dit que le micro onde est dangereux à la santé, que certains composants sont à éviter, bref, rien n’est vraiment très claire.
    Pour ma part, je vais continuer à manger bio avec des écarts et sans me prendre la tête!
    A très bientôt
    Bonne journée 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :