Littérature : Christophe Honoré primé par les enfants

3 Déc

Christophe Honoré et Louis Garrel sur le tournage des "Chansons d'amour".

On le savait réalisateur génial : Ma Mère (avec Isabelle Huppert et Louis Garrel), Dans Paris (avec Romain Duris et encore Louis Garrel) ou encore Non ma fille, tu n’iras pas danser (avec Chiara Mastroianni et Marina Foïs). Christophe Honoré est de retour, pas sur grand écran mais dans les librairies.

Les artistes sont de plus en plus nombreux à s’intéresser à l’univers des enfants. Il n’y a qu’à voir la collection de livres-disques « Toto ou Tartare », née de l’association d’Actes Sud Junior et du label Tôt ou Tard, qui avait réuni Franck Monet et Natacha Régnier pour l’album Quand on arrive à Malidor, Dick Annegarn et Sergio Garcia pour Soleilman, ou Da Silva, Françoiz Breut et Yannick Jaulin pour Le Peuple des dunes. Et c’est encore Actes Sud Junior qui récidive en publiant les histoires de Christophe Honoré, mises en image par l’illustratrice Gwen Le Gac. Deux Bretons, qui ont grandi à quelques kilomètres l’un de l’autre pour se retrouver ensemble au lycée. Une vieille amitié entre deux solitaires qui ont choisi les mots et le dessin pour se construire.

Un premier album, Le Terrible six heures du soir, paraît en mars 2008 : ce conte prend la forme d’une galerie de portraits, ceux d’une famille vivant sous le joug du roi Stéphane, père tyrannique à l’apparence de crocodile. Un récit angoissant et poétique, aux niveaux de lecture multiples, qui traite des relations familiales et des non-dits, ses thématiques fétiches.

Cette poésie est également à l’honneur dans La Règle d’or du cache-cache, le dernier album réalisé par le duo et paru en octobre. Gwen Le Tac s’est exprimée librement, dans une explosion de couleurs et un méli-mélo de gouache, collages et huile. Et Christophe Honoré a choisi un sujet que tous deux connaissent bien : la solitude et la marginalité. Katell aime jouer à cache-cache, rester dissimulée dans un coin pendant des heures et se balader ainsi librement dans son monde imaginaire. Une imagination peuplée d’apparitions ubuesques et de fantômes, qui transforment son quotidien en conte extravagant. Mais ses parents s’inquiètent : les chimères ne prennent-elles pas trop de place dans la vie de Katell ?

Le livre a déjà trouvé son public et, lors du Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil 2010, vient de remporter le prix Baobab qui distingue l’album le plus créatif et innovant. Une perle rare comme on en trouve beaucoup lors de cette manifestation qui a encore lieu jusqu’à lundi et dont le thème, cette année, est « princes et princesses ». Il est encore temps d’aller y faire un tour.

Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil : Espace Paris-Est-Montreuil, 128, rue de Paris, 93100 Montreuil. Entrée : 4 euros.

La Règle d’or du cache-cache, de Christophe Honoré et Gwen Le Gac, Actes Sud Junior, 18 euros.

Dépeint par l’intégriste culturelle

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :