Ici, on masse gratis !

9 Nov

 

La Décontraction à la Française.

Je hais les centres commerciaux, leur ambiance standardisée et leur  shopping dénué de toute originalité !

À l’issue d’une quête infructueuse dans un mall de l’Ouest parisien, mon regard est attiré, au détour d’une allée, par la présence de plusieurs femmes debout, attentives, semblant faire le bonheur de trois personnes assises, que dis-je, alanguies, sur de ridicules petits sièges trépieds.

Comme les autres passants, je m’arrête et observe la scène, gênée d’entrer dans l’intimité de ces dames qui s’abandonnent, en public, au plaisir du massage.

Au sol, un panneau qui annonce « Massage gratuit 10 minutes », expose la volonté du groupe de faire connaitre les vertus d’un pétrissage antistress et démocratique.

Évidemment, ça fait rêver, mais personne n’est dupe. En ce bas monde, il n’y a rien de gratuit, et je cherche immédiatement le loup dans la bergerie.

Il s’agit peut-être d’une secte ! Possible, la masseuse que j’observe affiche un look baba : piercing dans le nez, long jupon et même pas de pompe… À moins qu’elles ne tentent de vendre au public un abonnement sur trois ans à un spa pourri. Alors là, elles peuvent courir, j’ai déjà mon aquagym !

Je soutiens le regard de la fille aux pieds nus et lui fait comprendre que j’aimerais en savoir plus… Elle sourit et me dit à voix basse : « Je vous prends juste après. »

Ah non ! Je ne vais pas me laisser peloter en public ! Pour moi le massage c’est en institut, au chaud et à poil, pas au beau milieu d’un centre commercial…

Je reprends mon expression de journaliste en pleine investigation, et d’un air détaché j’observe la fin d’une séance se clôturant par un massage des mains : la « patiente » toujours assise, ouvre les yeux et déclare à sa « bienfaitrice »: « Merci, ça vaut une sieste de 2 heures. » Puis  elle dépose 3 euros dans un minipanier en osier et repart sans être importunée par la moindre proposition encombrante.

« À vous ! » Moi ? Allons-y, après tout. Si pour 3 euros on me masse 10 minutes, j’accepte de me payer la honte devant tous les passants de La Défense !

C’est parti, la jeune femme m’apprend qu’on donne ce qu’on veut et qu’elle ne me fera aucune offre à l’issue du massage, qu’il s’agit simplement d’une action de « convivialité citoyenne ».

Eh bien, au nom de la convivialité citoyenne, je prends place sur le trépied.

La masseuse m’étend les jambes, les bras, me demande de fermer les yeux et d’oublier le bruit (ou plutôt le boucan) du centre, mais c’est sympa. Elle me frictionne les épaules puis le dos, les reins, le crâne, les mains, les genoux… Tout y passe, et finalement c’est vraiment bien.

À la fin, je dois moi-même réclamer le panier censé accueillir ma contribution. Allez, 10 euros parce que ça les valait bien.

Je pose quelques questions sur leur action et comprends immédiatement qu’elles vivent de ces dons, que pour l’une c’est une aide aux études tandis que l’autre s’accorde un complément de retraite. Qu’elles appartiennent à un mouvement lancé par un certain André Choukroun et qu’ils sont des centaines de masseurs à opérer dans la région.

Il suffisait d’y penser. Enfin, une attraction vraiment bénéfique dans la rue, plus fashion que l’accordéon, plus glam que le hip hop et plus chaleureuse que tous les mimes de la place de Paris.

Bravo et merci !

L’Association de Décontraction à la Française : 6, rue Blainville, 75005 Paris. Tél. : 06 63 91 86 35.

Concocté par la Serial mother

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :