Le ballet Preljocaj rencontre le Bolchoï

1 Oct

"Suivront mille ans de calme".

Pour une fois, sortons des sentiers battus et parlons danse contemporaine. Un art peu médiatisé… à tort. Surtout quand on sait que dès aujourd’hui à Paris, a lieu un événement qui va ravir passionnés et non-initiés. Angelin Preljocaj, après des représentations au Théâtre du Bolchoï de Moscou et à la Biennale de Lyon, présente à Paris sa dernière création.

Le chorégraphe français, d’origine albanaise, a décidé d’honorer l’année France-Russie avec Suivront mille ans de calme. Dix danseurs de son ballet se confrontent et dialoguent avec dix danseurs du Bolchoï.

Pourquoi on y va ? Tout simplement parce que : quelle belle initiation pour les néophytes ! Le ballet Preljocaj et celui du Bolchoï sont deux grandes institutions de la danse. Cette association (le meilleur du classique et du contemporain) est tout bonnement une idée géniale.

Ensuite, parce que Preljocaj a tout pour séduire même les plus récalcitrants. Le chorégraphe est ancré dans une modernité aiguë. Qu’il revisite les grands classiques ou qu’il s’exprime dans des créations personnelles, l’homme aime fusionner avec d’autres artistes, mélanger les genres et être là où personne ne l’attend. Il a obtenu un prix hors les murs de la Villa Médicis, a étudié le théâtre Nô au Japon, a invité le dessinateur Enki Bilal pour sa mise en scène de Roméo et Juliette de Prokofiev, a utilisé la vidéo et fait dialoguer corps et images, s’est associé à l’artiste plasticien Fabrice Hyber pour son interprétation des Quatre Saisons de Vivaldi, a collaboré avec Jean-Paul Gaultier pour les costumes de sa Blanche-Neige (qui a été diffusé, événement, le 1er janvier de cette année sur Arte)…

"Blanche-Neige".

Et aujourd’hui, pour sa création 2010, ce sont le DJ Laurent Garnier pour la musique et le plasticien Subodh Gupta pour la scénographie qui viennent taper la discute avec le chorégraphe.

Si ça c’est pas du rendez-vous arty et branché de haut niveau… Mais surtout, ce sera l’un des spectacles phares de cette rentrée culturelle. On prend son courage à deux mains et on va faire la queue pour avoir des billets.

Suivront mille ans de calme, par le ballet Prejlocaj et le Théâtre du Bolchoï, du 1er au 22 octobre au théâtre national de Chaillot, salle Jean Vilar, de 8 à 32 euros.

Dépeint par l’intégriste culturelle

Publicités

Une Réponse to “Le ballet Preljocaj rencontre le Bolchoï”

  1. bullesdinfos 1 octobre 2010 à 20:56 #

    Je les ai vus répéter l’été dernier à Aix sur le cours Mirabeau. J’aime beaucoup ce que fait Preljocaj, du moins les ballets que j’ai vus (dont Blanche Neige). En revanche là, j’ai l’impression que toutes les meilleures places sont prises (enfin celles où l’on voit bien)… snif !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :