Les Gouttes de Dieu : le nouveau guide du vin

27 Sep

Il a fait exploser les ventes de vins français et relégué le guide Parker au rang de bible has been. Désormais, c’est lui qui fait la loi sur le marché très select du vin. Mercredi est sorti en France le quinzième tome des Gouttes de Dieu. Préparez-vous à devenir complètement alcoolique.

Shizuku Kenzaki se présente à la succession de son père, Yutaka Kenzaki, œnologue japonais de renommée mondiale qui vient de décéder. A cette occasion, il découvre l’existence d’un frère adoptif, qui n’est autre qu’Issei Tomine, l’un des plus grands œnologues du pays. A cette rencontre choc, se rajoute un testament inattendu. Au fil de ses voyages, rencontres et dégustations, leur père a établi son propre classement des douze meilleurs vins au monde, les apôtres, tous surpassés par un treizième, ultime, « les gouttes de Dieu ». Shizuku et Issei vont s’affronter en duel lors de 13 dégustations à l’aveugle et ainsi devoir répondre à 13 énigmes menant à l’identité de ces crus d’exception : celui qui en découvre le plus grand nombre (millésimes inclus) remporte la cave tant convoitée. Si Issei est un expert qui a suivi consciencieusement les traces de son mentor, Shizuku est totalement novice et n’a jamais bu de vin, mais dispose d’atouts considérables : son nez et ses souvenirs d’enfance au contact de ce père passionné. Une bataille entre deux filiations, celle de l’inné et de l’acquis, celle du ressenti et de l’expérience.

Mon grand intérêt pour le manga n’est plus à démontrer. Et depuis 2008, je considère Les Gouttes de Dieu comme mon guide spiritueux. Écrite par deux passionnés et surtout fins connaisseurs japonais, Tadashi Agi et Shu Okimoto (frère et sœur), la BD explore le monde vinicole. Encore du folklore à la sauce nippone ? Pas du tout. Et c’est justement la force de ce manga pas comme les autres : son réalisme. Les tomes suivent la quête de Shizuku et sa découverte du vin, les sensations que celui-ci lui inspire, sa fabrication, sa multiplicité, ses cépages… Une véritable initiation qui en devient également une pour le lecteur. Dans cet apprentissage, le manga n’oublie rien, avec des annexes bien fichues et claires sur les techniques de décantation, les appellations, l’histoire du vin, le B.A.BA de l’œnologie, le vocabulaire, les techniques de dégustation, les variations de prix, les accords mets-vin…

Au fil des pages, vous découvrirez les plus beaux coteaux de France, des vignerons de talent et les crus préférés des auteurs (qui en ont eux-mêmes goûté plus de 30 000 provenant du monde entier, des plus modestes aux plus onéreux, pour la réalisation du manga), de véritables petites perles que vous vous devez d’aller dénicher dans les boutiques. Il n’est d’ailleurs plus rare de voir débarquer, chez les cavistes et dans les chais, des Japonais armés des Gouttes de Dieu afin de demander le cru star du tome en question.

Et c’est ainsi que plusieurs des vins français présents dans le manga ont vu leurs ventes exploser. Comme pour le château Le Puy 2003 dont les commandes venant du Japon se sont multipliées en mars 2009. Attention, spoiler : l’anime tiré de la BD, en avance sur celle-ci, révélait ce mois-là l’identité des « gouttes de Dieu ». Prudent, le viniculteur de ce nectar, Jean-Pierre Amoreau, a préféré retirer de la vente les bouteilles, afin d’éviter la pénurie du millésime et toute spéculation autour d’un vin qui se veut familial. Mais l’engouement est là, et les Japonais rappliquent dans le village de Saint-Cibard aux abords de Saint-Emilion pour goûter le Le Puy 2003 et rencontrer Monsieur et Madame Amoreau, qui apparaissent en personne dans les pages du précieux manga.

Mais au-delà du sérieux du manga (à sa sortie en France aux éditions Glénat, il a reçu la caution de Michel Dovaz, professeur à l’Académie du vin et plus ancien collaborateur de la Revue du vin de France), les auteurs ont voulu transmettre leur amour du vin, à travers un dessin d’une grande finesse et des descriptions oniriques. Cet assemblage d’émotion et de connaissance, à l’image de ses deux héros, a donné naissance à un manga qui fait désormais la pluie et le beau temps dans le milieu du vin, chez les amateurs comme les experts.

Les Gouttes de Dieu, de Tadashi Agi et Shu Okimoto, éditions Glénat, 15 tomes actuellement en France, 8,99 euros.

Dépeint par l’intégriste culturelle

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :