Treme : l’ouragan force 4 de HBO

21 Sep

Et encore une série US diffusée sur HBO (la chaîne qui n’en finit plus de régaler les téléspectateurs). Encore une mais pas des moindres. Car Treme a l’âme des grandes : à l’image de The Sopranos ou de Mad Men, la série détonne par son réalisme, sa poésie, son ambiance, ses personnages hauts en couleur et sa B.O. La Nouvelle Orleans, trois mois après Katrina… Ça va swinguer.

Vous l’avez remarqué, la télévision a fini de nous prendre pour des légumes. Et contre toute attente, on le doit aux Américains. Car au pays de l’Oncle Sam, il y a une véritable culture de la série TV. Donc après les années Drôles de dames, Dallas, Côte Ouest, La Petite maison dans la prairie ou même Sauvés par le gong et Beverly Hills, l’Amérique a été la première à s’allonger sur le divan du petit écran pour mieux analyser son histoire… jusqu’à la plus contemporaine.

Fin août 2005, l’ouragan Katrina atteint la Nouvelle Orleans et brise les digues qui protègent une grande partie de la ville située sous le niveau de la mer. Cette négligence des pouvoirs publics met durement en cause l’administration Bush en place : des secours qui mettent du temps à s’organiser, plus de 1 800 morts, des centaines de milliers de sinistrés (majoritairement issus des quartiers pauvres) qui se sentent abandonnés, dans une ville éventrée et exsangue. Puis début septembre, l’incident des Danziger Bridge Shootings : des policiers tirent sur des civils désarmés. Dans ce climat tendu, la population tente de se reconstruire. C’est ce que Treme décrit.

The Wire.

A l’origine du projet, David Simon, ancien journaliste au Baltimore Sun, qui n’est pas un inconnu car il est le créateur de The Wire (« Sur écoute » en français) coécrit avec Ed Burns, ancien flic. Cette série passionnante sur le quotidien crasseux d’un service de police de Baltimore, à défaut de rencontrer son public, reçoit la reconnaissance de ses pairs. Armé de plusieurs awards, David Simon récidive donc avec une autre réalisation virtuose, à nouveau créée à quatre mains, avec Eric Overmyer, déjà scénariste sur The Wire. Pendant des années, ils travaillent de concert à un scénario sur le milieu jazz à Treme (prononcez « trimay »), un quartier historique de la Nouvelle Orléans. Mais Katrina détruit tout et remet complètement en question le projet. D’abord choqués par la catastrophe, les deux hommes réalisent qu’il y a là matière à un sujet plus fort. Et partent rencontrer les populations sur place. Treme sera leur histoire.

Wendell Pierce sur le tournage de "Treme".

Dans les rues dévastées, on suit des personnages emblématiques de la Nouvelle Orleans : le tromboniste Antoine Batiste (Wendell Pierce, déjà au casting de The Wire), le professeur Creighton Bernette (John Goodman), particulièrement remonté contre les pouvoirs publics, le chef indien Albert Lambreaux (Clarke Peters) de la tribu des White Feather Nation, le DJ Davis McAlary (Steve Zahn), fan de jazz, Ladonna Batiste (Khandi Alexander), ex-femme d’Antoine qui tente de retrouver son frère disparu depuis l’ouragan… Pour incarner l’esprit et la réalité du quartier, David Simon a tenu à faire appel à de nombreux acteurs locaux, dont font partie Wendell Pierce, originaire de Treme, et John Goodman qui a longtemps habité à la Nouvelle Orléans. Le tout dans un décor surréaliste d’apocalypse, ponctué de dialogues savoureux, de séquences musicales incroyables, caméra à hauteur de bitume… et d’humain.

Bonne nouvelle pour vous, puisque, à partir de samedi, Orange Cinénovo diffuse la première saison de ce qui risque fort de devenir une série culte (pour amateurs éclairés). Et comme personne n’a Cinénovo (ou presque) ni ne reste à la maison le samedi soir, il y a toujours le streaming.

Treme, diffusion dès samedi 25 septembre sur Orange Cinénovo (canal 25) à 20 h 25, puis tous les samedis à 20 h 40.

Dépeint par l’intégriste culturelle

Publicités

4 Réponses to “Treme : l’ouragan force 4 de HBO”

  1. weighty 27 septembre 2010 à 09:24 #

    gonna send this to my mom

  2. Eri-K 18 octobre 2010 à 14:54 #

    Treme où comment tomber amoureuse du jazz dégoulinant de sueur et de swing. Foncez !
    la réal est juste géniale

  3. seb 2 janvier 2011 à 17:08 #

    à part l’histoire romancée d’une poignée de personnages fictifs, tout le contenu de cette série est la réalité de la ville, les gens, leur mode de vie, les endroits, la musique, tout y est authentique. J’ai eu la chance de passer deux semaines là bas, et les habitants eux même adorent et recommandent cette série.
    Est-ce même utile d’évoquer la bande son ? C’est la musique de New Orleans et c’est un vrai bonheur pour les oreilles (écoutez la radio locale sur http://www.wwoz.org pour vous faire une idée)!!

    Vive Tremé

Trackbacks/Pingbacks

  1. Happy B-day Arsenic et Petites Culottes ! | Arsenic et Petites Culottes - 11 février 2011

    […] ? Que nenni ! C’est elle aussi qui m’a rendue accro à Glee, The Walking Dead et Treme, de véritables pépites télévisuelles. Last but not least, cette véritable journaliste […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :