Murakami à Versailles : les bourgeois mènent leur révolution

17 Sep

© Timothé Dhont

Que reproche-t-on à l’artiste ? Eh bien d’être un nanti. Oui, le bourgeois d’aujourd’hui part en guerre contre un « art financier », contre les « jouets pour milliardaires », contre un artiste dont seule la cote sur le marché de l’art lui a ouvert les grilles du château. Vous n’y croyez pas ? Et pourtant, la pétition de l’association Versailles mon Amour (prose éloquente ici), menée par une animatrice de Radio Courtoisie et un étudiant de la très « chic » université d’Assas, dénonce les sommes exorbitantes de ces installations : « le château n’est pas un panneau Decaux ». Dans une France bling-bling, où Paris va bientôt devenir une ville désertée par la classe moyenne, où le djeun du 16e a envahi les rues avec son style preppy et son cheveu Charles-Henri, où Neuilly est THE place to be, où le président dîne au Fouquet’s et passe ses vacances sur les yachts de ses potes-grands-patrons, où l’on vire les roms pas assez propres sur eux, où le pouvoir fricote avec une riche héritière au bord de la sénilité… bref, dans cette France où il fait bon être bourgeois et s’afficher en tant que tel, la demande est pour le moins étonnante. Cette revendication n’est qu’un prétexte ? Oh, c’est pas sympa de penser ça. Mais en même temps, la bourgeoisie qui bat le pavé de ses Louboutin, on avait du mal à y croire.

Une manifestante, qui part en guerre, le bon goût en bandoulière.

Car en fait, le nanti Murakami est surtout un manant, un étranger (étonnamment, l’artiste contemporain Xavier Veilhan n’avait pas engendré la polémique qu’ont connue Jeff Koons et Murakami… mais il est français et avait eu la décence et la politesse de ne pas envahir l’intérieur du château). Dans le communiqué de ces groupuscules versaillais, c’est très clair : « Non à l’ « art » contemporain qui ne respecte rien. Non au choc des cultures qui brise l’harmonie ». Ah là, on retrouve un peu ses repères xénophobes. Car Murakami, au-delà d’être un plasticien coté dont les œuvres atteignent des sommes astronomiques (le marché de l’art et ses dérives sont un autre débat), est avant tout un artiste de la culture pop japonaise. Dans les hautes sphères aristocratiques de la vieille Europe, autant dire que c’est le bas étage de l’art. Et même de l’art « dégénéré ». Ce qui mène d’ailleurs à des confusions : certains expliquent qu’ils ne sont pas contre l’exposition des mangas de Murakami, mais pas dans la Galerie des glaces.

© Timothé Dhont

Preuve que l’on a peur uniquement de ce que l’on ne connaît pas. Car Murakami n’est pas mangaka, il ne fait pas de la bande dessinée. L’artiste contemporain est en fait un des grands représentants du Superflat, mouvement nippon qui puise dans le manga et le Pop Art pour mieux interroger une société japonaise de l’après-guerre en pleine reconstruction et mutation, marquée par les deux bombes atomiques. Et qui questionne l’idée même de sous-culture, celle qui naît dans la rue, dans les soubassements de la société. Inviter les petits monstres et esprits psychédéliques de Murakami dans un château historique, façon Alice au Pays des merveilles, voilà l’occasion rêvée d’un dialogue entre tradition et modernité.

Et malheureusement pour ces Chouans d’aujourd’hui, c’est au (grand) public de juger. Alors, petites Alice émerveillées, déculottez la Reine de Cœur, passez les grilles et préparez-vous à un voyage métissé haut en couleur et d’une autre époque : le XXIe siècle.

Exposition « Murakami Versailles » : jusqu’au 12 décembre 2010 au château de Versailles.

Dépeint par l’intégriste culturelle

Publicités

Une Réponse to “Murakami à Versailles : les bourgeois mènent leur révolution”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Happy B-day Arsenic et Petites Culottes ! | Arsenic et Petites Culottes - 11 février 2011

    […] à t’apprendre. Sous ses conseils avertis, je me suis convertie aux mangas, à Miyazaki et à Murakami. Élitiste, notre Intégriste ? Que nenni ! C’est elle aussi qui m’a rendue accro à […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :