Virez-moi cette minijupe !

7 Avr

Rezo Films

Lundi dernier, le journal La Dépêche publiait un cri de désespoir : le principal d’un collège de la banlieue toulousaine est au bout du rouleau. Son motif ? Des bouts de tissus. « La mini, c’est plutôt la microjupe chez certaines élèves. Elles vont au collège comme on va en discothèque. Il y a des limites à l’indécence. » L’institution conseille désormais aux collégiennes de porter l’accessoire « au-dessus du genou, mais pas à plus de dix centimètres, au risque de devenir provocatrices« . Ne sachant plus par quel bout les prendre, le responsable de l’établissement a demandé à un parent d’élève de venir rhabiller  sa fille, arrivée en cours de sport en microshort et collants opaques, tout en précisant « qu’on voyait tout à travers« . (Notons son pointilleux sens du détail.) Un dérangement que n’a pas trop apprécié le père, qui, de son côté, se demande si ce directeur observateur ne chercherait pas, au fond, à revêtir sa fille d’une burqa. Conclusion : le principal s’en fout et interdit désormais dans son établissement « le Marcel, la mini, le pantalon sur les hanches, les robes ou les tops décolletés et trop courts, les strings, les shorts et les bermudas de bain, les tongs... »

grazia.fr

Pendant ce temps-là, au Brésil, à Sao Paulo, une étudiante se fait accompagner en cours recouverte d’un imperméable, au bras d’un policier. Motif ? Sifflée et virée de l’université pour cause de happening en minijupe rose provocante, elle arpente les plateaux télé brésiliens pour défendre sa cause de fashionista minimaliste. Une exclusion qu’aurait adoubée Nadine de Rothschild, venue samedi dernier présenter son dernier livre sur les bonnes manières dans l’émission On n’est pas couché. Et accessoirement se livrer à une tirade anti-mini, à grand renfort de « que ces gamines court-vêtues ne s’étonnent pas si elles se font violer ».

Mais qu’en pensent les principales intéressées ? Y a-t-il un argument politique derrière leur indécente addiction pour le shopping minimaliste ? Et bien oui. Figurez-vous que ces demoiselles ne se contentent pas d’aller fureter dans les rayons teenage et provocants par plaisir. Non, derrière ce passe-temps à première vue superficiel, se cache une véritable volonté militante. Surtout chez les quatrièmes et les troisièmes interviewées par La Dépêche. « S’ils interdisent la jupe au-dessus du genou, on ne se laissera pas faire. On a l’impression que dès qu’on se met en jupe, on nous traite de p… Y en a marre de nous cataloguer ! On dirait l’époque où les femmes n’avaient pas le droit de porter des pantalons, ni le droit de vote. Maintenant, on porte le pantalon depuis la maternelle et on nous empêche d’être féminines. »

Funatyourfingertips.co.uk

Alors, ne pourrait-on être que pute ou soumise ? Peut-on être sexy sans pour autant « provoquer » ? Mais qui sont ces hommes qui crient au scandale, double décimètre en main, pour mesurer le taux d’indécence d’adolescentes en pleine mutation corporelle ? Se rapprocheraient-ils, finalement, de ceux qui préfèrent voiler la femme pour que cette maligne provocatrice n’attise pas leurs ardeurs ? Résumons : vue ainsi, la femme est un objet sexuel de base. Et n’a pas à en rajouter avec des strings, minitops et autres micro-bouts de tissus évocateurs.

Moi j’ai une idée : proposons à tous les collèges de l’Hexagone d’imposer la tenue « guide de France » à leurs élèves. (Jupe bleue marine au genou, chapelet à la ceinture et béret.) Elles vont adorer. Et vous, mesdemoiselles, par pitié, ne parlez pas de droit de vote et d’égalité des droits. Parce que cumuler le string + le minitop + la microjupe/short + les collants à paillettes, c’est juste une atteinte au style. Pendant vos heures de colle pour atteinte à la pudeur, méditez sur Paris Hilton.

Imaginé par l’Indécise karmique

Publicités

6 Réponses to “Virez-moi cette minijupe !”

  1. AnSô 7 avril 2010 à 14:44 #

    C’est drôle ! Je lis votre article juste aprés une virée shopping avec ma fille de 10 ans. Virée qui a failli tourner au pugila tant nous ne sommes plus d’accord sur l’orientation coupe/couleur de sa garde-robe. A la lectures de vos mots, et malgrés un esprit extra large, j’angoisse à l’idée qu’elle puisse aller au collége vêtue d’une mini raz la bienséance. J’avoue, les collégiennes sont toutes super mimies avec leur dégaine de lolita. Les autres collégiennes…. pitié, pourvu que cette tendance épargne la mienne !!

  2. Vince 7 avril 2010 à 19:42 #

    Pourquoi ne pas interdire la mini ?

    L’air est chaud et la brise vient caresser mon visage, Ben Sidran swing en stéréo à travers mon casque accroché à mes oreilles, planté dans mon iPhone.
    Je longe la rue aux multiples parfums de fleurs venues d’ailleurs en passant devant les étalages énormes disposés sur le trottoir, et dégoulinant jusque sur les pieds des passants. Il est 15 heures, l’heure de prendre le meilleur café de la journée. Pourquoi le meilleur ? Je repère une place libre, tire la chaise et m’adosse confortablement, bien calé sur mon promontoire. Sans avoir besoin de dire quoi que se soit, mon allongé vient atterrir sur la table de faïence bleue.
    Devant moi, des demoiselles passent, la jupe légère, les bras dénudés. C’est le printemps. Derrière, les bus passent à toute allure, les femmes, à l’allure désinvolte, le sourire aux lèvres, le bas de leur robe de satin se froisse dans un léger déhanché chaloupé, flottant dans l’air printanier. Un parfum de chèvrefeuille vient titiller mes narines, une trentenaire passe soudain à côté de moi, un décolleté opaque tombant sur son corps, laissait transparaitre par une imagination plus que fertile, le bout de ses seins pointant vers l’horizon me semble-t-il. Elle ne se rendit pas compte sur le moment, mais elle frôla mon bras mis à nu, et dont les poils se hérissèrent immédiatement. Prostré le plus profond possible dans mon siège, je n’osais bouger. Devant moi, s’attardant sur l’asphalte, attendant je ne sais quel type, une jolie paire de jambes aux mollets élongés, à la chair blanche, frêle comme un agneau, stoppait net. Ses genoux, petits, de bonne composition marquaient la fin d’un chef-d’œuvre de la nature qui n’en finissait plus de s’arrêter et qui grandissait au fur et à mesure que j’essayais de feinter le regard. Je ne savais plus où donner de la tête, la mienne étant remplie d’images plus que troublantes, et dont la convenance m’oblige à taire ici.
    Si l’homme veut interdire la mini-jupe, c’est juste parce qu’il a peur de ses propres vices. En même temps, c’est bien l’homme qui veut déshabiller la femme de plus en plus…

  3. L'indecise karmique 7 avril 2010 à 21:56 #

    Ok, nous vous faisons signe quand nous lançons un concours de nouvelles. Mais merci de donner votre opinion (quand même) à la fin. Nous retiendrons donc que l’homme a peur de ses propres vices. Mais les femmes doivent-elles changer leur garde-robe pour autant?

  4. Vince 7 avril 2010 à 22:25 #

    Non, bien sur que non. Il est vrai que pour éviter les risques d’agressions, il vaut mieux éviter (dans certains lieux et avec certaines personnes), parce que les rues sont remplies de cinglés. Mais la mini-jupe en elle même ne doit faire l’objet d’aucun débat de ce genre. C’est seulement celui qui la regarde qui doit (dans certains cas) aller se faire soigner.

  5. @nnoushka 8 avril 2010 à 14:26 #

    vla les extrêmes….pas de minijupe = automatiquement burqa? on est pas rendues lol

  6. supersuperstef 10 avril 2010 à 13:48 #

    Bonjour ,
    ,j’aurais tendance à dire que quand elle sont bien porté et que je les regarde cela me soigne…
    Alors s’il vous plais mesdames le monde deviens moche !!! porter des jupes!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :