Que faire sans Zorro ?

16 Mar

Ed Friendly Productions, NBC

Faisant appel à mes qualités de parapsychologue, je propose une analyse psychologique en ligne pour répondre aux interrogations de mes lecteurs. Isabella (son nom a été volontairement changé pour conserver son anonymat), vient de m’envoyer une lettre préoccupante : petite, elle n’avait pas le droit de regarder la série Zorro à la télévision, et s’inquiète d’éventuelles répercussions psychologiques de cette censure sur sa vie d’adulte.

Chère Isabella,

Vous m’écrivez, dans votre longue lettre, que vous aviez l’interdiction de regarder les fameuses aventures de Don Diego de la Vega parce que, selon votre mère, elles étaient « trop violentes. » Vous avez dû vous résoudre, vous dites, à vous contenter de prendre votre goûter devant les tribulations champêtres de La petite maison dans la prairie, la seule série qui vous était alors autorisée.

Pour commencer, j’aurais envie de vous dire que mieux vaut trop de censure que pas assez : j’ai moi-même regardé Elephant Man en cachette à l’âge de cinq ans, et cela explique nombre de mes traumatismes actuels.

Mais parlons plutôt de vous : quelles traces de cette injonction parentale restent aujourd’hui ? En grandissant, vous avez dû avoir le choix entre trois postures.

Première hypothèse : vous êtes atteinte du syndrome Marie Ingalls, ou syndrome de Stockholm, c’est-à-dire que vous avez suivi votre bonhomme de chemin en faisant plaisir à maman : enfant prodige, vous pouviez, même aveugle, jouer du violon pour épater durant les réunions familiales, tout en débarrassant la table et en ramenant de bonnes notes à l’école. Aujourd’hui, vous adorez Un gars, une fille et Plus belle la vie.

Seconde hypothèse : vous avez totalement rejeté la leçon familiale à coup de fuck au pasteur de Walnut Grove et de soirées projection de L’Exorciste avec vos amis punks à chiens. Aujourd’hui, vous adorez Dexter et Weeds.

Troisième hypothèse : vous avez viré schizophrène, présentant à vos parents un visage poupon encadré de jolies nattes, tout en étant capable de passer un après-midi à regarder agoniser une grenouille. Aujourd’hui, vous regardez en boucle Docteur House.

Zorro, un emblème du pouvoir phallique tout-puissant. (Allocine.fr)

Mais surtout, chère Isabella, au-delà de votre interrogation, émerge une question plus profonde : que voulait dire votre mère par « Zorro, c’est trop violent » ? On pourrait voir en elle une vaillante femme à col claudine, membre active de la chorale de la paroisse et de l’association des amis de Christine Boutin. Il n’en est rien, chère Isabella. Votre mère est tout simplement une Chienne de Garde d’avant l’heure : car Don Diego, aussi charmant soit-il, est surtout un gros machiste séduisant à tour de bras, sans attache ni foyer. En vous collant devant Charles, trimant nuit et jour pour ses cinq femmes, toujours aimable et bien mis, de bonne humeur et prêt à se couper en quatre pour les volontés de Caroline, elle a simplement voulu vous montrer qui devait porter la culotte. Sainte femme.

Si, vous aussi, vous vous posez des questions sur votre enfance, n’hésitez pas à m’écrire sur notre contact Facebook.

Imaginé par l’Indécise karmique

Publicités

2 Réponses to “Que faire sans Zorro ?”

  1. Dr Jeckyll 16 mars 2010 à 13:49 #

    Et si Zorro était l’alter ego de Charles ?
    Hypothèse lourde en conséquences.

  2. L'indecise karmique 16 mars 2010 à 16:19 #

    Hum, cela nous amène loin, Mister Haydn. Charles aurait-il pu tromper Caroline??? Non, je refuse cette cruelle hypothèse. Laissez-nous rêver qu’il existe de vrais Charles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :