L’écoloféminine traque le poil

4 Mar

Après le shampooing et le déo, la femme équitable s’attaque à l’épilation.

S’il est un domaine ou je me bats pour la décroissance, c’est bien celui du poil. Militante convaincue, je traque sans relâche, drapeau en bannière et rasoir à la main, l’ennemi ô combien prévisible, qui, régulièrement, arraché, neutralisé, karcherisé, anéanti, revient à point nommé, désespérément. Certes, je veux bien être bio, mais pas façon rasta du Larzac. Chassez le naturel, il revient au galop ? Et bien, qu’il revienne, je l’attends, armée jusqu’aux dents d’arracheurs de duvet rechargés à bloc et de cire brûlante toute prête à ébouillanter une armée de Huns chevelus.

Bon, ceci dit, j’ai quand même dit que j’étais bio. Il va falloir que j’aille au bout de mes convictions pilaires. Le rasoir ? Toute jeune femme sait que le vilain objet, déjà, n’est pas esthétique (bon, pour être bio, notez que ce n’est pas indispensable). Mais qu’en plus, le malotru n’est pas biodégradable. Éliminé donc d’office.

Me voici face au terrifiant épilateur électrique. Beaucoup moins douloureux qu’on le pense. Je me reprends bien vite : et les déchets nucléaires, ça t’empêche pas de dormir de pas savoir ce que tes futurs enfants vont en faire ?

Bon, OK. Reste l’insoutenable, la douloureuse expérience de la cire. Ce sera froide pour moi. Avec ses 150 bandelettes et ses dix emballages pour un demi-mollet, question déchets, autant suicider à l’eau de javel le bac à tri sélectif de l’immeuble.

Non, pour être durable, j’ai fait le choix d’un procédé 100 % naturel. Qui, comme toutes les recettes maison, aura l’avantage de se transformer en atelier ludique. Aller faire la queue au supermarché pour donner mon argent aux grandes firmes cosmétiques de l’épilation ? Jamais de la vie. Je préfère y aller pour m’acheter 4 cuillères de sucre (équitable, évidement), le jus d’un demi-citron (bio, cela va sans dire), une cuillerée à soupe de miel (fabriqué par des petits exploitants du Larzac, bien sûr) et une cuillère d’eau (du robinet, on s’en doute). Et préparer ma propre cire orientale.

Caramel, de Nadine Labaki (BAC Films)

Telle une habile prêtresse de la beauté, je me prends pour Nadine Labaki dans Caramel,  recette made in Google à l’appui. « Faites chauffer tous les ingrédients à feu doux. Dès que vous obtenez une pâte liquide couleur caramel, étalez-la sur une surface plane. Attendez que la pâte durcisse (quelques minutes), puis formez une boule avec celle-ci. Appliquez-la sur la partie à épiler. Épilez-vous par petites touches. » Vaillante, je me lance (sur le bras, d’abord, pas folle l’abeille). Deux minutes plus tard, la petite touche se transforme en un tas rigide et, désespoir, impossible à décoller de mon bras. Tout comme mes poils.

Je dois me rendre à l’évidence : les desserts, c’est pas mon truc. Me reste une ultime alternative : m’offrir une vraie séance d’épilation à l’orientale chez des pros. Je pédale en vélib’ jusqu’à la Sultane de Saba, l’un des rares instituts qui proposent une dépilation traditionnelle. Bilan des courses : comptez 40 euros pour le soin complet. Soit 10 kg de miel du Larzac. Mais plus facile d’application si vous n’êtes pas Nadine Labaki.

Imaginé par l’Indécise karmique

Publicités

Une Réponse to “L’écoloféminine traque le poil”

  1. @nnoushka 4 mars 2010 à 12:18 #

    argh….je reste à l’épilateur et aux rasoirs jetables malgré mon désir du tout écolo ! mais par contre, de ta recette je ne garde que le miel et le sucre et j’en fait un gommage corps délicieux! La peau sent le miel après et elle est toute douce; un vrai régal

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :